Kinosei Art


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Kiba... Où es-tu ?

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Kiba Ito

avatar

Masculin Nombre de messages : 182
Age : 28
Date d'inscription : 03/05/2008

Feuille de personnage
• Relations:
Orientation Sexuelle: Homosexuel

MessageSujet: Re: Kiba... Où es-tu ?   Mer 25 Juin - 19:58

Avec la plus grande douceur qu’il soit, Kiba torturait Masaki. C’était un jeu auquel il prenait goût. Son cou est si tentant, en même temps. Il ne peut pas s’empêcher de l’embrasser, le lécher, le mordiller. Il aurait presque envie d’y laisser une marque, mais il garde ça pour plus tard. Je t’aime Masaki, et je veux montrer au monde entier que c’est toi qui détiens mon coeur. Je veux que tout le monde sache qu’on est ensemble. Ses doigts caressent doucement la nuque du brun, pendant qu’il continue sa douce torture. Petit à petit, il se dirige vers l’épaule et descend légèrement vers le torse. Le bruit de la tasse qui tombe au sol ? Non, il n’y a pas fait attention. Tout ce qu’il a remarqué c’est les mains de son amour venant s’insinuer sous son t-shirt. Cette douce sensation dans son dos, cette agréable chaleur. Tu comprends, hein. Montre moi que tu as compris ce que je désir, s’il te plait.

Et comme si Masaki avait entendu, le blondinet se retrouva allongé sur le canapé par les soins de celui-ci. C’était donc son tour, d’être torturé. Les yeux fermés, les lèvres entrouvertes, il se contentait d’apprécier. Sentir la main de son amour sur son ventre, puis son torse pour finir sa course sur un téton et ses lèvres dans son cou. Kiba ne pouvait retenir quelques soupirs. Le cou et un téton, en même temps, c’est pire que de la torture. Mais une torture tellement douce, agréable. Il ne peut que s’y abandonner. Une de ses mains vient dans la nuque de Masaki, ses doigts se perdants dans les longues mèches brunes alors que l’autre caressait le dos de son amour au travers de son peignoir. Un petit gémissement s’échappa des lèvres entrouvertes de Kiba qui s’empressa de pincer sa lèvre inférieure avec ses dents, les joues rosissant à nouveau. C’est trop, je ne vais plus tenir. Masaki, arrête cette torture. Va plus loin, s’il te plaît. Son ventre fourmille de bonheur, son souffle est plus fort et des soupirs ne peuvent être retenus. En même temps, Masaki s’attaque à deux points sensibles, en même temps.


« Masaki … »

Un murmure, une demande. Presque une supplication tant le désir se fait de plus en plus présent. Lentement, les doigts de Kiba – qui se trouvaient dans la nuque du brun – vinrent effleurer le torse de son amour. Doucement, tremblant très légèrement. Je te veux. De plus en plus, je te veux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://trognon-acide.skyblog.com
Masaki Ogawa

avatar

Nombre de messages : 39
Date d'inscription : 07/05/2008

Feuille de personnage
• Relations:
Orientation Sexuelle: Homosexuel

MessageSujet: Re: Kiba... Où es-tu ?   Mer 25 Juin - 20:15

Les mains de Kiba trouvaient le chemin sur sa nuque, le faisant frémir. N'en as-tu pas eut assez ce soir, Kiba ? En veux-tu encore plus ? Il lui mordilla légèrement la peau du cou, alors que ses mains glissait le long de son ventre pour s'arrêter sur sa cuisse. Son t-shirt qui lui servait de pyjama était grand, et il n'avait en dessous qu'un sous-vêtement. Tu n'as pas peur, hein ? Il remonta sa main, remontant par la même occasion, son haut. Caresses le long de sa cuisse, puis de son torse, et finalement, il le remonta si bien pour le lui faire passer au dessus de sa tête, cessant un instant sa torture. Là, il laissa tomber le tissus au sol, venant se pencher pour, cette fois, s'attaquer au torse de Kiba. Ses lèvres déposait ici et là, des baisers, faisant même parfois courir sa langue sur sa peau. Puis finalement, ce fut son téton qui se trouva prisonnier de ses lèvres, le titillant de la pointe de sa langue, ou le mordillant sans le blesser. Ses mains, elles, ne restèrent pas inactive et, alors qu'il suçotait son téton, elles se frayait un chemin le long de son ventre, pour arriver à son sous-vêtement. Je ne veux pas t'effrayer, je veux juste que tu te sentes bien et que tu trouves ça trop lent à ton goût. Les gémissements et soupirs que Kiba poussait, résonnait dans l'esprit de Masaki et le faisait continuer sa douce torture.
Il glissa ses lèvres le long de son ventre, puis du bas de son ventre, jouant de sa langue autour de son nombril. Je veux tout faire pour te faire perdre la tête. Mon corps protégera le tiens alors n'ai pas peur d'être ainsi devant moi. J'empêcherai quiconque de te voir. Personne ne pourra regarder ton corps nu, hormis moi. Il n'était plus qu'en caleçon, et Masaki ne put s'empêcher de vouloir le faire languir d'avantage. Ces lèvres venaient se poser sur son intimité, au travers de son sous-vêtement, ses mains caressant du bout de ses doigts, ses cuisses, sa langue allant et venant sur cette bosse bien présente, maintenant. Tu en as envie autant que moi ?

Il finit par faire glisser son peignoire, le long de ses épaules, pour se dévêtir à son tour, et ils se retrouvèrent tout deux en sous-vêtement. Revenant contre lui, Masaki lui fit enrouler ses jambes autour de son bassin, et pressa leur hanche l'une contre l'autre. Sent comme j'en ai envie... Et je sais que tu en as envie aussi...
Il vint attraper ses lèvres des siennes, l'embrassant délicatement et tendrement. Un baiser remplis d'amour. Je n'irais pas trop vite, sois sans crainte, tu auras le temps de me vouloir, et encore plus que maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiba Ito

avatar

Masculin Nombre de messages : 182
Age : 28
Date d'inscription : 03/05/2008

Feuille de personnage
• Relations:
Orientation Sexuelle: Homosexuel

MessageSujet: Re: Kiba... Où es-tu ?   Mer 25 Juin - 21:21

Un nouveau gémissement en sentant les dents de Masaki dans son cou. Arrête de me faire attendre comme ça, arrête cette torture. Lentement, il pouvait sentir la main de son amour descendre jusqu’à sa cuisse, puis remonter le long de celle-ci, puis de son ventre et de son torse. Un frisson s’en suivit. Frisson de plaisir, de désir. Le long t-shirt qui couvrait Kiba – hormis son sous-vêtement – se retrouva rapidement au sol. Les yeux clos, le blondinet profitait du contact des lèvres de son amour sur son torse. Torse qui se soulevait plus rapidement, la respiration du jeune bassiste c’étant accélérée peu à peu. Et lèvres qui emprisonnèrent un téton. Tu me tortures, Masaki. Arrête … Non, n’arrête pas. Je veux te savoir près de moi, contre moi. En moi. Un petit gémissement, la main du brun lui caressant le ventre pour arriver à son sous-vêtement. Puis un soupir aux lèvres qui quittent son téton.

Des soupirs s’échappaient des lèvres entrouvertes du blondinet. Arrête de jouer avec mon nombril, tu sais très bien ce que je veux, s’il te plaît. En effet, une bosse c’était formée dans son sous-vêtement, et qui se faisait de plus en plus visible au fur et à mesure des caresses de Masaki. Kiba put sentir les lèvres de ce dernier sur son intimité, et les doigts de celui-ci sur ses cuisses. Je n’en peux plus d’attendre. Il porta une main vers les cheveux de son amour, passant doucement ses doigts entre les longues mèches, voulant lui faire comprendre qu’il veut plus, que l’attente est trop longue. Qu’on le voit nu, il s’en fiche, du moment qu’il peut être uni avec Masaki.

Quand il vit le brun dans la même tenue que lui, il ne put s’empêcher de se mordre la lèvre. Tu as un si beau corps, j’ai honte du mien. J’aurais voulu prendre un peu plus de poids avant que tu me voies ainsi, j’aurais voulu être plus attirant. Kiba ne se fit pas prier pour venir enrouler ses jambes autour du bassin de son amour. Il mit toute son envie dans le baiser, tout son désir de ne faire plus qu’un avec Masaki. En même temps, il pressait doucement son excitation contre celle de ce dernier. Je sais très bien que tu as envie, tout comme tu sais que moi aussi. Cesse de me faire attendre, sinon je vais me sentir obligé de prendre le contrôle. Voyez-vous ça, Kiba qui veut prendre le contrôle. Lui qui a toujours été dominé et qui n’avait encore jamais eu l’idée de dominer, c’est plutôt étonnant. Preuve qu’il désir vraiment le brun. Mais, il préférerait le sentir en lui, tout de même.

Ses mains descendirent doucement dans le dos de son amour, le caressant, pour venir jouer avec l’élastique de son sous-vêtement. Puis il venait lui effleurer les hanches et retournait jouer avec l’élastique. Masaki, je compte réussir à te faire perdre la tête. Totalement. Je te montrerai tout l’amour que j’ai pour toi, ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://trognon-acide.skyblog.com
Masaki Ogawa

avatar

Nombre de messages : 39
Date d'inscription : 07/05/2008

Feuille de personnage
• Relations:
Orientation Sexuelle: Homosexuel

MessageSujet: Re: Kiba... Où es-tu ?   Jeu 26 Juin - 4:43

Ton corps est magnifique. Tu ne dois pas en avoir honte. Ton corps est comme je l'aurais imaginé. Peu importe ses cicatrices, ton corps, ton âme, ton amour... tout de toi m'attire. Masaki avait chaud. Et très chaud. Il ne pouvait plus répondre de son corps, son bassin mimant quelques mouvements, allant et venant, pour frôler à chaque fois, l'excitation évidente de leur virilité. Il ne pouvait plus attendre, et Kiba non plus. La façon dont il jouait avec son sous-vêtement, ça voulait tout dire, n'est-ce pas ? Il se souleva un peu, attrapant l'élastique de son sous-vêtement et venir le lui retirer, avec délicatesse. Ne pas précipité les choses, même si les gestes tremblant de Masaki trahissait son impatience. Il n'attendit pas que Kiba lui enlève son dernier vêtement, il le fit à sa place, et ils se retrouvèrent nu tout les deux.
Masaki revint contre lui, cette fois pressant leur bassin aussi nu, l'un contre l'autre, le bougeant par instant, les frottant... Masaki sentait qu'il allait exploser, se mordant la lèvre pour ne pas laisser échapper quelconque bruits parasites. Il finit par n'en plus pouvoir et jeta un regard à Kiba, d'où l'air qu'il avait sur son visage, trahissait son envie. Il l'embrassa, alors qu'il lui surélevait délicatement son bassin pour, délicatement, venir faire frôler son intimité contre lui. Il devait lui donner encore plus l'envie, n'est-ce pas ? Finalement, ce fut son index qui glissa à l'intérieur de lui. Simplement, juste ça pour commencer, après tout, il fallait le préparer. Il lui sourit, alors qu'il faisait aller et venir son index en lui, le bougeant plus rapidement ensuite, et en rajoutant un second doigt pour adapter.

- Kiba-kun... Es-tu sûr... ?

Il lui adressa un fin sourire avant de retirer ses doigts, venant contre lui, son intimité proche. Si Kiba disait qu'il était sûr, alors ils ne feraient bientôt plus qu'un. Il fallait juste que Kiba donne son autorisation, une dernière fois, et Masaki ne ferait plus marche arrière.
Il l'embrassa dans le creux du cou, appuyant légèrement plus, son intimité vers l'entrée du blond. Je suis impatient. Et d'une de te prouver mon amour, et de deux de te faire connaître ceci, même si tu le connaît déjà. Je veux juste que l'on se prouve mutuellement que rien n'est plus fort que notre amour...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiba Ito

avatar

Masculin Nombre de messages : 182
Age : 28
Date d'inscription : 03/05/2008

Feuille de personnage
• Relations:
Orientation Sexuelle: Homosexuel

MessageSujet: Re: Kiba... Où es-tu ?   Jeu 26 Juin - 22:40

Kiba avait chaud, bien trop chaud, mais frissonnait d’excitation. Je te veux, maintenant, je te veux Masaki ! Le désir était trop grand, un gémissement s’échappa de ses lèvres entrouvertes. Gémissement de supplication, il n’en peux plus d’attendre. Il continuait de jouer doucement avec l’élastique du sous-vêtement de son amour, voulant bien lui faire comprendre qu’il en voulait plus. Un soupir alors qu’ils étaient enfin nus. Sentir l’entrejambe de Masaki contre la sienne, le sentir tout contre lui, sentir son envie grandissante. Tout ça lui donnait encore plus envie de ne former plus qu’un avec lui, de lui prouver enfin son amour. Les yeux fermés, le ventre fourmillant, le blondinet embrassait son amour avec toute son envie alors qu’un nouveau soupir se fit entendre quand il put sentir l’intimité du brun contre lui. C’est trop, je ne peux plus attendre, je vais exploser.

Kiba ne put retenir un gémissement alors que le brun glissa son index en lui. Il l’avait voulu, il l’avait attendu … c’était sûrement encore meilleur que ce qu’il avait pu s’imaginer alors que son désir se faisait de plus en plus présent. Non, c’était mille fois mieux. Certes, un peu douloureux du fait qu’il n’ait pas eu de relation depuis un petit moment maintenant, mais le plaisir était tellement présent. Puis un deuxième doigt. Les yeux clos, il se mordait la lèvre et sentait sa respiration s’accélérer. Si je suis sûr ? Aucun doute, je te veux en moi, je te veux. Pour faire comprendre à Masaki qu’il était prêt, il l’embrassa tout en ondulant son bassin doucement. Viens, viens en moi mon amour. Je n’en peux plus d’attendre, tu vas me rendre fou. Même si je suis déjà fou de toi.

Le blondinet rejeta un peu sa tête en arrière, laissant l’accès à son cou à Masaki qui l’y embrassa. Ses doigts se baladaient le long du dos de son amour, le caressant doucement. Il venait parfois effleurer ses épaules, jouer avec quelques mèches de cheveux. Sentir l’intimité du brun prête à le pénétrer, ça lui donnait encore plus envie. Il voulait pouvoir enfin ne faire plus qu’un avec lui. Il entrouvrit les yeux, observant chaque trait de Masaki. Tu es tellement beau mon amour, et le désir accentue ta beauté. Avec toute l’envie qu’il y avait en lui, Kiba ondulait son bassin, désirant plus que tout Masaki. Tu ne voudrais pas me faire perdre la tête avant même qu’on soit unis, n’est-ce pas ? Alors ne me laisse pas dans cet état. Je risquerai de prendre le dessus au dernier moment si tu continues, ce serait dommage, non ? Mon amour, ne me fais plus attendre. Et un murmure lui échappa.


« Masaki … »

Rien de plus. Un gémissement suppliant le coupa. De toute façon, sa voix prouvait parfaitement son excitation, Masaki n’avait pas besoin de plus pour comprendre. Il le veut pour lui, près de lui, en lui. Je te ferais perdre la tête, je te le promet. Je ferai tout pour te faire connaître un plaisir que tu n’as encore jamais connu. Mais ne me fais plus attendre. Son ventre fourmille de désir et ses soupirs se font de plus en plus fréquents. Il a envie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://trognon-acide.skyblog.com
Masaki Ogawa

avatar

Nombre de messages : 39
Date d'inscription : 07/05/2008

Feuille de personnage
• Relations:
Orientation Sexuelle: Homosexuel

MessageSujet: Re: Kiba... Où es-tu ?   Ven 27 Juin - 1:54

Il sentait qu'il avait envie. Et lui aussi le désirait sûrement autant sinon plus. Dingue de lui, voilà ce qu'il était et comment il était. Il devait se contrôler, pour ne pas le prendre maintenant, mais il voulait être le plus doux qu'il soit avec lui. Il le prépara donc, insinuant un puis deux doigts en lui, faisant de lent mouvement d'allée et venue, Kiba ondulant son bassin sous le désir. Alors tu es réellement prêt Kiba ?
Masaki se plaça au dessus de lui, lui soulevant le bassin d'une main, alors qu'il s'appuyait un peu plus, jusqu'à ce que, finalement, seulement l'extrémité de son intimité viennent en lui. Légèrement étroit, il n'avait pas dû le faire depuis un moment, ce qui rassurait Masaki, d'une part. Mais d'autre part, ça le perturbait, comme s'il craignait de lui faire mal. Il se redressa donc légèrement, se plaçant à genoux et le regardant pour, lui adresser un fin sourire, sourire qui se tordit par le plaisir quand il se glissa un peu plus en lui. Mon dieu, c'était un délice. Jusqu'à ce qu'il soit, au bout d'un instant, au plus profond de lui. Il était doux, et il ne voulait en aucun cas qu'il ne souffre. Pour l'instant, ça n'avait pas été une horreur, si ? Il se pencha pour se trouver contre son corps, venant l'embrasser dans le cou, lui mordillant la peau par moment alors qu'il commençait de très lent mouvement de bassin, allant et venant en lui.

- Kiba-san...

Puis un gémissement sortie d'entre ses lèvres. C'était simplement merveilleux. C'était quelque chose d'incomparable. Il dû se mordre la lèvre pour ne pas gémir tout le plaisir qui s'accumulait en lui.
Puis il se redressa, après un baiser sur les lèvres du plus jeune. Il se mit à genoux, soulevant légèrement son bassin en le tenant par les hanches, puis accélérant légèrement ses allées et venues en lui. De temps à autre, Masaki envoyait sa tête vers l'arrière, dégageant ses cheveux d'un rapide geste de la main. Son corps était brûlant, la sueur ruisselait sur son corps, et sa respiration était elle qu'on aurait pu croire qu'il avait courut un marathon. C'était magnifique.
Plus ses mouvements se faisait rapide, et plus il sentait son plaisir arriver, cependant il le retenait, pour ne pas que tout finisse déjà.
Il resta donc à une allure stable, entre le lent et le rapide, sa main ne restant pas inactive, elle venait de glisser le long du ventre de Kiba pour attraper son intimité qu'il commença à caresser de ses doigts fins. Kiba allait recevoir double ration de plaisir ce soir. En effet, Masaki venait de refermer sa main sur son intimité et le caressait avec plus de vigueur. C'est toi qui ira au septième ciel, ce soir, en ma compagnie. On ira là haut et on ne redescendra pas. Pas maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiba Ito

avatar

Masculin Nombre de messages : 182
Age : 28
Date d'inscription : 03/05/2008

Feuille de personnage
• Relations:
Orientation Sexuelle: Homosexuel

MessageSujet: Re: Kiba... Où es-tu ?   Sam 28 Juin - 2:50

Kiba était prêt, il en voulait plus, il voulait sentir Masaki entièrement en lui. Il savait qu’il aurait mal au départ, mais il s’en fichait pas mal en vérité, parce qu’il savait très bien que le plaisir ne tarderai pas à prendre le dessus. Il se mordit la lèvre inférieure, laissant tout de même un soupir s’échapper, alors qu’il put sentir l’extrémité de l’intimité de Masaki en lui. Il en voulait plus, maintenant, il ne voulait plus attendre. Et il fallut peu de temps avant que son amour n’aille entièrement en lui. Un gémissement de douleur et de plaisir mêlé. Ne te retires surtout pas, la douleur disparaîtra bientôt ne t’en fais pas. Les yeux clos et la respiration accélérée, le blondinet s’habituait doucement. Après un baiser dans son cou, il sentit le brun aller et venir lentement en lui, lui arrachant des gémissements de plaisir. Je n’avais pas ressentis ça depuis un moment maintenant, j’en avais presque oublié à quel point c’était agréable. Ses lèvres vinrent chercher celles de Masaki, les lui mordillant légèrement.

Il reçu un petit baiser puis pu sentir les allés et venus en lui s’accélérer. Je veux te sentir toujours plus profondément et plus rapidement en moi, je t’en supplie. Remontre moi à quel point c’est bon de se sentir uni à la personne qu’on aime. Lentement, les doigts de Kiba venaient caresser le ventre de Masaki, ses hanches, ses cuisses aussi par moment. Il voulait que lui aussi, ne retiennent pas ses gémissements. Il voulait l’entendre, tout ce plaisir le rendait si magnifique. Le blondinet ne retenait plus les gémissements qui voulaient sortir, le plaisir était bien trop intense pour ça. Plus rien ne compte à part nous deux, à part notre amour. Il ondulait son bassin au rythme des va et viens et écartait ses cuisses du mieux qu’il le pouvait, pour sentir le brun plus en lui encore.

Un plus long gémissement, plus fort aussi, s’échappa des lèvres de Kiba alors que les doigts du brun se refermaient sur son intimité. Tu vas me tuer, Masaki. Mais ne t’arrête pas, surtout pas. Sa respiration devenait haletante, il en voulait plus. Encore plus, toujours plus. Montre moi le septième ciel, montons-y ensemble. Je te rendrai fou de moi, je te ferais connaître un plaisir que tu n’as encore jamais connu. J’y arriverai. Tremblant d’excitation, le blondinet porta une main vers le visage du brun. Il lui caressa faiblement la joue, puis dériva vers sa nuque, l’attirant à lui pour l’embrasser. Un baiser passionné, mais vite coupé. Plusieurs petits s’en suivirent entre les gémissements. Double dose de bonheur, je t’offrirai ça aussi un jour, Masaki. Si tu le souhaites évidement. J’aimerai te rendre tout ce plaisir que tu me donnes. Te montrer tout cet amour que je ressens.

Mon coeur tiendra t’il longtemps ce rythme ? Je n’en sais rien, et je m’en fiche. Mourir uni à toi serait une merveilleuse mort. Non, ça va, ma poitrine n’est pas douloureuse, il tient encore. J’ai mal, oui, mais c’est à mon entrejambe. Je ne veux pas me laisser aller dans les bras du plaisir sans toi. Je peux encore tenir un peu, pas très longtemps sûrement, mais je vais faire de mon mieux. Je veux te sentir encore en moi, je veux te savoir encore si proche de moi. Les gémissements de Kiba se font de moins en moins espacés. Je suis proche, je crois, du septième ciel. Montons-y et restons-y. Je t’aime. Plus que tout, Masaki. Je t’aime de tout mon être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://trognon-acide.skyblog.com
Masaki Ogawa

avatar

Nombre de messages : 39
Date d'inscription : 07/05/2008

Feuille de personnage
• Relations:
Orientation Sexuelle: Homosexuel

MessageSujet: Re: Kiba... Où es-tu ?   Sam 28 Juin - 3:06

Masaki se sentait faible. Trop faible en ce moment même. L'unique pensée était ce cher et tendre Kiba, contre lui. Il était enfin en lui. Le gémissement qu'il poussa, l'effraya presque, comme s'il avait pensé qu'il avait pu le blesser, mais il continua, et il fut soulager de l'entendre gémir de plaisir. Tu aimes Kiba, autant que j'aime... Il soupira, son bas-ventre le brûlant tellement le plaisir était grand. J'ai l'impression de faire l'amour pour la première fois. Il poussa un long gémissement, incontrôlable suite à ses caresses. Pourquoi je suis ainsi ? Pourquoi tu me rends tellement dingue ? Je n'en peux plus, de savoir que tu peux me tuer avec ton amour. Il ferma les yeux, de force, se mordantla lèvre presque à sang tellement le plaisir était grand.
Le baiser qu'ils partagèrent le fit voyager. Dans un monde où il n'y avait nul soucis. Un monde ou Masaki et Kiba pourrait vivre éternellement, sans se séparer à cause de la mort. Il y aurait un pré, où ils pourraient courir, faire l'amour, rire et pleurersi ça ne va pas. Plus loin, un lac où ils se baigneraient. Un chien qui viendrait à leur rencontre en jappant joyeusement. Un chien qu'ils appelerait Yatah, à cause de sa joie et de sa bonne humeur. Je te promet, Kiba, je t'y emmenerait dans ce monde, et nous y vivront éternellement.

Masaki se redressa, stoppant le baiser que Kiba lui avait offert, et souleva le bassin du blondinet en le tenant par les hanches, accélérant ses mouvements. Si je le voudrais réellement, je me laisserait aller, maintenant. Seulement, je tiens à ce que cet instant soit le plus long possible.
Il ferma les yeux, rejetant la tête en arrière, ne retenant pas ses gémissements, quoi qu'il n'avertissait pas tout le monde non plus, le silence brisé par les deux hommes en fusion. Puis il sentit l'instant prospice. l'instant final. Il ne pouvait plus se retenir et Kiba pouvait le ressentir au fait que l'intimité de Masaki gonflait de plus en plus en lui.
Masaki se pencha et glissa ses bras sous le creux des reins de Kiba pour le relever. Ainsi, il le mit assis sur ses cuisses, assis l'un sur l'autre, et Masaki continua ses mouvements, tout en serrant le corpsde Kiba contre le sien. Sa main repris se qu'il avait arrêter quelques secondes plus tot, attrapant l'intimité de Kiba pour faire des mouvements saccadés. Montons au septième ciel ensemble, je sais que tu ne peux plus te retenir, tu es comme moi...

- Haa... Kiba...

Il l'avertit, mais Kiba n'aurait peut-être pas le temps de réagir que, déjà, Masaki se laissait aller, poussant un profond soupir de plaisir. Peut-être que Kiba aurait préféré que Masaki ne se laisse pas aller en lui ? Mais en même temps, c'était si bon, que Masa' n'avait pas tellement pu se contrôler. Il continua quelques allées et venues puis se stoppa, mais continua se mouvements sur l'intimité de Kiba pour qu'il soit totalement monté au septième ciel.
Quel bel instant...
Une fois que tout fut terminé, et que Masaki fut délicatement redescendu sur terre, il se relaissa tomber sur Kiba, le faisant alors s'allonger sur le canapé, restant en lui tout de même. Il aimait prolongé ses instants-ci, et rester le plus longtemps possible dans le corps de celui qu'il aimait.
Le souffle court, son corps brûlant collant contre celui de son amant... La nuit avait tout d'une belle soirée.
Au bout d'un moment, il redressa la tête pour apercevoir le visage de Kiba, qu'il caressa du bout des doigts.

- Désolé d'être... venu en toi...

Il lui adressa un fin souire avant de lembrasser, au coin des lèvres, se retirant seulement de lui, mais restant allongé contre lui. Petite précision, Masaki n'est pas lourd, il n'écrasait donc pas Kiba xD C'était déjà rassurant. XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiba Ito

avatar

Masculin Nombre de messages : 182
Age : 28
Date d'inscription : 03/05/2008

Feuille de personnage
• Relations:
Orientation Sexuelle: Homosexuel

MessageSujet: Re: Kiba... Où es-tu ?   Sam 28 Juin - 3:37

Sentir son amour en lui, l’entendre gémir de plaisir, le voir si beau sous tout ce désir. Parfait. Oui, ce moment était tout simplement parfait. Kiba n’aurait pu rêver mieux, il n’aurait d’ailleurs jamais pu rêver d’une aussi belle chose. Que serait-il devenu, s’il n’avait pas rencontré Masaki ? Si le hasard n’avait pas fait qu’ils seraient colocataires ? Si il ne c’était pas attaché malgré lui ? Dans quel état serait-il ? Et surtout, est-ce qu’il serait encore en vie ? C’est une question à laquelle on ne pourra jamais répondre, et c’est certainement mieux ainsi. Il a enfin pu aimer quelqu’un d’autre que Kaoru, il a réussi à l’oublier. Merci, merci beaucoup Masaki. D’ailleurs, avait-il connu un tel plaisir avant ? Il ne se rappelait pas. Sûrement que chaque geste était aussi empreint d’amour quand il était avec Kaoru que maintenant avec le brun, mais il n’arrivait pas à se souvenir. Non, le présent seul importait, à partir de maintenant. Son présent avec Masaki, à qui il donnera tout l’amour possible.

Doucement, le blondinet se sentit redressé par les mains de son amour dans le creux de ses reins. Puis il se retrouva assis sur lui. Ses bras passèrent instinctivement autour de son cou, s’y enroulant, et ses lèvres jugèrent bon de venir jouer avec le lobe de son oreille. Des soupirs s’y perdants, des gémissements aussi. Tu me rends dingue, Masaki, complètement dingue de toi. Chacun de tes gestes m’envoûte un peu plus et chaque son s’échappant de tes lèvres et me montrant ton désir me fait frissonner de plaisir, de bonheur. Tout un tas de sentiments se mélangent en moi, tout est embué par le plaisir que tu me donnes, je ne m’y retrouve plus trop. Mais je ne me plaindrai pas de ce que tu me fais vivre à cet instant, c’est merveilleux. Magique. Délectable.

Les bras de Kiba quittèrent le cou de Masaki, se faisant remplacer par ses lèvres, et descendirent. Ses doigts fins vinrent effleurer le creux des reins de son amour. Je te torturerai jusqu’au bout, que tu puisses te rappeler de cette nuit toute ta vie. De cette soirée où nous aurons uni notre amour. Il entendit le brun, et comprit que ça y était, c’était la fin. De toute façon, il n’aurait pas pu tenir plus longtemps, son entrejambe se faisant bien trop douloureuse. Un long gémissement lui échappa alors qu’il sentait Masaki se laisser aller en lui, et lui entre leurs deux corps. Les yeux toujours clos, il vint chercher les lèvres de son amour pour un baiser des plus tendres qu’il soit. Je ne sais pas s’il est possible de trouver des mots assez fort pour exprimer ce que je ressens, je ne crois pas.

Le blondinet se sentit allonger sur le canapé, alors qu’il revenait lentement des nimbes du plaisir. Sa respiration se faisant moins saccadée et reprenant un rythme plus normal. Aux paroles de Masaki, il se contenta de sourire, l’embrassant avec douceur, pour lui montrer qu’il ne lui en voulait pas. Au contraire. Après tout, quoi de plus beau pour la première fois qu’ils faisaient l’amour ensemble. Non, en vérité Kiba n’imaginait pas mieux, cette soirée avait été parfaite pour lui. Les yeux mi-clos, il regardait son amour, laissant ses doigts jouer avec ses longues mèches brunes. Tu es si beau quand tu es encore sonné par le plaisir. Puis il laissa échapper un murmure, mourant dans le creux de l’oreille du brun. Un murmure certainement surprenant de sa part, mais il avait trouvé le courage, il s’en sentait capable maintenant. Il laissa donc quelques mots traverser ses fines lèvres.


« Je t’aime, Masaki. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://trognon-acide.skyblog.com
Masaki Ogawa

avatar

Nombre de messages : 39
Date d'inscription : 07/05/2008

Feuille de personnage
• Relations:
Orientation Sexuelle: Homosexuel

MessageSujet: Re: Kiba... Où es-tu ?   Sam 28 Juin - 4:19

Cet instant avait été si bon, si doux... Il n'avait sûrement rien vécut de tel. Il était si heureux de l'avoir près de lui en ce moment même qu'il aurait pu donner n'importe quoi pour le garder toujours à ses cotés. Il donnerait sa vie pour sauver la sienne, c'est bien simple. Tiens, ne pourrait-il pas se sacrifier pour le sauver ? Il se serra contre lui, sa respiration s'étant calmé. Il était sortit délicatement de son corps et c'était légèrement glisser à ses cotés. Le canapé était étroit, mais il pouvait supporter deux personnes minces,surtout qu'ils étaient encore quasiment l'un contre l'autre. D'ailleurs, le corps de Kiba et celui de Masaki, avait besoin d'un bon nettoyage, c'était de la faute de Kiba, ça, se laisser aller comme ça *BAM* XD Pourtant, sans en être dégouter Masaki caressa le ventre de Kiba, laissant ses doigts entrer en contact avec le liquide opaque. Pas de dégout, même pas. Qui serait dégoûter quand il s'agissait d'amour ? Il sourit, posant sa tête sur l'épaule de son amant, heureux. Raah, il ne fallait pas qu'il regarde Kiba, il était si sexy qu'il pourrait lui ressauter dessus TwT Baka.

"Je t'aime Masaki" Hein ? Masaki releva la tête, les yeux rond. Tu m'as dit je t'aime ? Son corps maqua un battement et son visage devint presque trop pâle. Mon dieu... Kiba... Ses mots me font tellement de bien. Il se sentait léger, comme s'il pouvait à présent voler. Il se saisit de ses lèvres, l'embrassant avec autant d'amour possible, glissant un bras autour de ses épaules pour le resserrer contre lui. C'est un réel bonheur. Un enfer vient de se terminer, le paradis me prends sous son aîle.
Il quitta les lèvres du blond puisle regarda, son visage encore proche du sien.

- Moi aussi je t'aime, Kiba... Je t'aime au point d'en mourir. Je ferais tout pour toi... Tout...

Tout, y compris te donner ma vie.
Il glissa sa tête dans le creuxde son cou, l'embrassant ici et là, alors qu'un nouvel élan de tendresse le prenait. J'ai envie de t'embrasser, te faire l'amour encore, te serrer contre moi... Raah, je vais finir par t'étouffer à te serrer ainsi contre moi... Je suis devenu fou. Dingue de ce que je suis, par ta faute. Mais je t'aime. m'entend-tu crier tout mon amour ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiba Ito

avatar

Masculin Nombre de messages : 182
Age : 28
Date d'inscription : 03/05/2008

Feuille de personnage
• Relations:
Orientation Sexuelle: Homosexuel

MessageSujet: Re: Kiba... Où es-tu ?   Sam 28 Juin - 5:02

Hum. Aller se laver, c’était pas bête comme idée ça. Encore un peu sonné par tout ce qu’il avait pu ressentir peu de temps avant, Kiba avait complètement oublié ce détail, leurs deux torses recouverts de la preuve de son plaisir, de son amour. En fait, pour l’instant tout ce qu’il voulait c’était rester tout contre Masaki, ils iraient se laver après, une fois complètement revenus de ce moment magique. Il frissonna légèrement en sentant les doigts de son amour sur son ventre. J’aime tes caresses, je suis accro je crois. Complètement drogué à toi. Qui serait dégoûté ? Beaucoup de personnes, malheureusement, étant donné qu’ils sont deux hommes. Mais ça, le blondinet s’en fiche totalement. Du moment qu’il est heureux, il se fiche du regard et des commentaires des autres. Si ça ne leur plaît pas, c’est tant pis. D’ailleurs, lui, c’est les hétéros qu’il ne comprend pas. Mais il les respecte, hein, ne vous en faites pas. Juste qu’à son avis, deux hommes s’assemblent parfaitement.

Il serait préférable de ne pas sauter sur Kiba une deuxième fois tout de suite. Son coeur est faible, ne l’oublions pas. D’ailleurs il prendra peut-être un cachet au cas où. Il ne faudrait pas qu’il s’endorme et ne se réveille plus jamais, ce serait vraiment dommage. Même si après cette soirée, il pouvait partir en paix, comblé. Non, il veut rester aux côtés de Masaki le plus longtemps possible. Toute sa vie, que celle-ci soit courte ou longue. Même si une longue vie serait préférable. Mais pour tout dire, s’il n’avait pas eu ses problèmes de santé, il aurait bien été tenté de recommencer. Son amour était tellement beau ainsi. Il aurait voulu continuer encore et encore pour pouvoir admirer ce visage rendu encore plus beau avec le plaisir et le désir. Il aurait d’ailleurs aimé réussir à garder les yeux ouverts pour le regarder toujours plus. Mais après tout, il avait déjà un être exceptionnel à ses côtés pour tous les jours, toutes les heures. Une personne à aimer et qui l’aime en retour. Une personne qui arrive à le faire vivre à nouveau. Une personne qui sait l’aider, le faire sourire et même rire. Une personne qui détient son coeur et qui sera toujours là pour lui. Il est heureux. Même s’il ne sait pas encore très bien le montrer.

Un petit rire lui échappa quand il vit la tête de Masaki après qu’il lui ait dit qu’il l’aimait. Ca t’étonne tant que ça, même après cette soirée ? Pourtant, tu as bien du ressentir, tout cet amour que je te porte, combien je t’aime et suis accro à toi. A tes gestes, à tes paroles. Il se blottit tout contre le brun alors que celui-ci l’embrassait. Tous leurs sentiments étaient contenus dans ce baiser. Mais toute bonne chose a une fin. Un léger sourire arqua les lèvres de Kiba. N’en fait pas trop, non plus, je ne veux pas que tu deviennes malheureux ou quoi que ce soit pour moi, je veux pouvoir te rendre heureux autant que tu le fais pour moi. Et pour ça, je vais commencer par arrêter totalement de me blesser, et tout faire pour bien me soigner. Tu m’aideras, n’est-ce pas ? Mais j’ai de la volonté si c’est pour te voir sourire, ne t’en fais pas. Je me sens invincible à tes côtés, prêt à tout surmonter.


« Masaki … on devrait aller prendre une douche, non ? »

Ses doigts effleuraient doucement le creux des reins de son amour alors qu’il avait murmuré ces paroles, comme s’il avait peur de briser l’instant. Kiba c’était un peu réveillé de tout ce plaisir. Et puis, quelle heure était-il maintenant ? Très tôt le matin, certainement. Ils devraient dormir, tout de même. Et puis il y a aussi cette tasse de thé renversée, au sol. Que de choses à penser, c’est déjà bien qu’il ait proposé la douche, hein.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://trognon-acide.skyblog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Kiba... Où es-tu ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Kiba... Où es-tu ?
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Galerie de Kiba
» FAN-CLUB Kiba Inuzuka Et Akamaru
» COLLECTION DE KIBA
» Les figurines 200x en général (par Kiba)
» Kiba

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kinosei Art :: « Tokyo » :: La Plage-
Sauter vers: