Kinosei Art


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Kiba... Où es-tu ?

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Masaki Ogawa

avatar

Nombre de messages : 39
Date d'inscription : 07/05/2008

Feuille de personnage
• Relations:
Orientation Sexuelle: Homosexuel

MessageSujet: Kiba... Où es-tu ?   Sam 24 Mai - 3:15

Il ne lui avait pas dit qu'il revenait aujourd'hui. Il ne lui avait pas dit qu'il partait de sa petite ville caché pour revenir ici. Il ne lui avait rien dit. Il avait été au courant, plus ou moins, de son départ, mais il ne l'avait pas abandonner pour autant, puisqu'il lui avait écrit. Tout les jours, plusieurs fois même, par jour. Mais il lui écrivait aussi souvent que possible. Que faisait-il en ce moment même ? Était-il avec quelqu'un ? Était-il en train de passer du bon temps avec quelqu'un ? Cette pensée lui fit des frissons le long du dos et il referma un peu plus sa veste sur lui. Il faisait bon pourtant, même chaud en cette nuit du début de l'été. Mais il n'était pas là. Kiba n'était pas là et Masaki souffrait de le savoir si loin de lui. Il ne cessait de se demander où il pouvait-être, ce qui lui arrivait. D'ailleurs, s'il lui arrivait quelque chose, alors qu'il ne pensait pas à le protéger, il ne se le pardonnerait jamais. Masaki espérait seulement que Kiba ne sorte pas seul la nuit, ni accompagner d'ailleurs. Il avait tellement peur qu'il l'oublie. Lui. Pauvre garçon paraissant insensible. Pauvre garçon qui avait le coeur arraché, partagé. Il y avait Nana. Nana une rencontre au départ coup d'un soir, puis... Puis ils avaient appris à être toujours ensemble, et au final, tout était trop étrange. Trop bizarre. Trop de peur, de doute et d'incompréhension. Kiba, je veux te voir ce soir...

Il s'arrêta au bord de la place, sur le bitume, encore. Il se pencha, enleva ses chaussures et marcha pieds nus sur le sable fin et plutôt frais. La nuit était toujours synonyme de fraîcheur, sauf dans l'air. Il se laissait bercer par le son des vagues, écoutait la nuit chanter... Il laissa tomber ses chaussures dans le sable puis, à son tour, il se laissa tomber, allongé, regardant le ciel étoilé s'étaler devant ses yeux. C'était si magnifique...Il frémit, fermant alors les yeux. Et c'est le visage de Kiba qui apparut dans ses pensées. Un visage souriant, pure, jeune et innocent lui murmurer je t'aime.
Tout ça pour dire qu'il était tellement dans ses pensées qu'il n'avait pas remarquer la personne qui s'avançait dans sa direction. Personne qui l'avait remarqué et qui voulait sûrement voir de qui il s'agissait. A moins qu'il l'est reconnu même de loin ?
Cette personne qui était le rêve même actuel de Masaki. Cette personne s'approchait, silencieusement... Et Masaki qui murmurait, pour lui-même :

- Kiba... Mon amour...

L'avait-il sentit ? Non, il c'était endormis. Sur le sable, paisiblement. Et il rêvait, de l'homme qu'il aimait. De ce petit bout d'homme parfait. Trop peut-être. Ce garçon dont il était amoureux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiba Ito

avatar

Masculin Nombre de messages : 182
Age : 28
Date d'inscription : 03/05/2008

Feuille de personnage
• Relations:
Orientation Sexuelle: Homosexuel

MessageSujet: Re: Kiba... Où es-tu ?   Sam 24 Mai - 11:47

Depuis combien de temps il n’avait pas pu le voir ? Il n’avait pas pu lui parler vraiment, le sentir, le toucher, l’embrasser ? Comment avait-il pu s’attacher si vite ? Il ne se posait même plus la question maintenant, il tentait juste de profiter du reste de sa vie. Courte vie prévue. Certes, il n’est pas encore le gamin souriant d’avant, mais il fait des efforts, même si pour l’instant il n n’y a que Masaki qui y a le droit. Sa voix, sa douce voix, elle n’est pas ressortie depuis qu’il c’est retrouvé seul. Il n’arrivait pas encore à parler en présence des autres, elle était donc restée à l’état de murmure douloureux. Il n’avait toujours pas cessé de se faire du mal, mais il avait diminué. Effectivement, même si il restait encore beaucoup de cicatrises, elles étaient moins nombreuses.

Qu’est-ce que je ne ferai pas pour toi, Masaki. Reviens moi, s’il te plait, reviens près de moi. Kiba se sent perdu sans la présence rassurante de celui qu’il aimait. Il se sentait de nouveau être le jeune homme bien trop fragile qu’il était, celui qui était bien trop malade et qui ne vivrait pas très longtemps. Cette chaleur dont j’ai besoin, ces bras protecteurs qui entourent mon corps, ça me manque. Ca en devient insupportable, si tu savais. Tous les soirs, Kiba sortait pour marcher, il avait besoin de s’aérer et vider un peu son esprit. Masaki le hantait bien trop, jours et nuit il occupait toutes les pensés du blondinet. Ce dernier n’arrivait même plus à aller en cours, il se sentait trop mal. Il restait enfermé dans l’appartement vide et bien trop grand, jouant de la basse.

Ce soir, il avait opté pour un tour près de la plage. L’air y était frais et agréable, et le son des vagues apaisant. Un tour par là ne lui ferait pas trop de mal. Il prit une douche rapide, enfila un pantalon bleu ciel et un t-shirt à manches longues, trop longues puisqu’elles couvrent ses mains. Il se maquilla un peu, son trait de crayon habituel et un tout petit peu de gloss, juste histoire d’avoir les lèvres légèrement brillantes. Il se coiffa rapidement, mit ses lentilles rouges puis sortit de la salle de bain. Il rangea sa basse dans sa house qu’il prit sur son dos après avoir enfilé de simples chaussures blanches. Enfin, il sortit en fermant la porte à clés.

Voilà donc Kiba en route vers la plage. Un air légèrement triste planait sur son visage et on voyait bien qu’il était fatigué. En effet, il n’avait pas prit le temps de cacher ses cernes quand il c’était maquillé. Enfin, après tout il faisait nuit, ça ne se voyait donc pas vraiment. Arrivé sur le sable, il vit quelqu’un couché. Masaki ?! Dis moi que c’est toi, s’il te plait ! Dis moi que tu es rentré ! Poussé par l’espoir, le blondinet accéléra son pas jusqu’à cette personne qui semblait endormie sur la plage. Ce doux visage, je le reconnaîtrais parmi tous. C’était bien lui, celui qu’il aimait tant, celui qui lui avait tant manqué. Masaki, tu es enfin là ! Eh ? Il parle en dormant ou il ne dort pas ? Kiba pose sa basse sur le sable puis s’allonge à côté de son amour, se collant à lui.


« Masaki ! Masaki … »

Le chuchotement douloureux fut rapidement étouffé. Les larmes de Kiba coulaient, il ne pouvait les retenir plus longtemps. Pourquoi pleur t’il ? Parce qu’enfin, il a Masaki près de lui, enfin il peut sentir à nouveau cette douce chaleur, enfin il n’est plus seul. Des larmes de soulagement et de joie. Il sert le haut de celui qu’il aime dans ses petits poings, se collant tout contre lui. De légers sanglots se faisaient sentir. Tous ces sentiments qui s’échappaient du blondinet dans ses larmes secouaient un peu son corps. Mais c’était tellement bon de sentir enfin cette présence si rassurante. Tant pis si je t’ai réveillé, tu es enfin là et c’est ce qui compte !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://trognon-acide.skyblog.com
Masaki Ogawa

avatar

Nombre de messages : 39
Date d'inscription : 07/05/2008

Feuille de personnage
• Relations:
Orientation Sexuelle: Homosexuel

MessageSujet: Re: Kiba... Où es-tu ?   Dim 25 Mai - 1:49

Endormit, épuisé du trajet qu'il avait fait. Pas dormit de la nuit dernière ou alors deux petites heures. Il c'était assoupi, ne pensant pas s'endormir maintenant. Finalement, il n'avait pu faire autrement, la raison l'emportant sur ses caprices. Il le revoyait, là, devant lui, souriant. Et alors qu'il ouvrait les lèvres, Masaki le stoppa : « Kiba... mon amour... » et Kiba rougissait, comme il le faisait à chaque fois, et il devenait si fragile. Masaki voulait le prendre contre lui, mais dans un rêve, on a pas le contrôle, et il restait là, immobile à le regarder. Et Kiba entrouvrit les lèvres, pour chuchoter maladroitement : « Masaki ! Masaki... »
Hein ? Quelque chose se laissa littéralement tomber sur lui. Quelque chose ? Non, quelqu'un. Il ouvrit les yeux, sursautant presque. Qui ? Il tourna la tête, mais ne vit pas le visage de la personne. Pas besoin pour le reconnaître. Kiba. C'était lui. Son rêve était devenu réalité. Il resserra ses bras autour de ce corps, se redressant légèrement pour être assis. Mon dieu, que c'était bon de le retrouver.

- Kiba... C'est si bon de te revoir...

Oui, trop pour être vrai. Il ne rêvait plus hein ? Pour en avoir la confirmation, il prit délicatement le visage de Kiba entre ses mains et le lui releva, le regardant. Tu n'as pas changé, tu es encore plus beau que dans mes souvenir. Il posa alors ses lèvres contre les siennes, juste pour les goûter, mais l'envie reprenant le dessus, il l'embrassa fougueusement. Ça faisait trop longtemps. Trop longtemps.
Masaki relâcha ses lèvres, le regardant, souriant.

- Je savais que je te retrouverais vite, mais jamais je n'aurais cru que ça serait ce soir dans un endroit comme celui-ci...

Masaki baissa la tête, souriant alors que ses joues avaient prises une légère teinte rosée. Il avait l'air idiot à sourire ainsi mais l'amour ne rend-il pas idiot ? Si... Et Masaki en était la confirmation même. Il s'arrêta peu à peu de sourire, les remords le prenant. Kiba... Il l'avait abandonné lâchement parce qu'il avait eut des soucis avec Nana. Nana qui ne connaissait pas l'identité de Kiba et Kiba qui ne connaissait pas l'identité de Nana. Devait-il jouer ainsi encore longtemps ? Non ! Il ne jouait pas, il n'y pouvait rien, c'est tout.
Il releva la tête, se mordillant la tête puis, gêné, il s'excusa, sans pouvoir le regarder. Il était si lâche...

- Kiba... Je suis désolé d'être partit ainsi... Je... J'avais besoin de faire le point avec moi-même et... et je te promets de ne plus partir comme ça... Pardon.

Il releva la tête puis le regarda, glissant ses mains sur ses épaules puis le long de ses bras, arrivant à ses mains pour ensuite, entremêler ses doigts aux siens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiba Ito

avatar

Masculin Nombre de messages : 182
Age : 28
Date d'inscription : 03/05/2008

Feuille de personnage
• Relations:
Orientation Sexuelle: Homosexuel

MessageSujet: Re: Kiba... Où es-tu ?   Dim 25 Mai - 2:19

Kiba a caché son visage en l’enfouissant dans la nuque de Masaki, laissant s’échapper toutes ces larmes qui avaient menacé de couler d’un instant à l’autre quand le brun n’était pas là. C’était si agréable cette chaleur, cette douceur. Tu m’as manqué, si tu savais. Il suivit le mouvement, s’asseyant avec son amour, le visage toujours caché. Tu m’as déjà trop vu pleurer, je ne vais pas te montrer ça alors que tu reviens juste. Si bon de le revoir … oui, c’était exactement ça. Le revoir le rendait heureux, ça le soulageait, ça le rendait bien plus calme. Cette simple présence lui était si bénéfique. Les sanglots c’étaient calmés et les larmes faisaient de même. Peu à peu, le blondinet reprenait son calme, serrant toujours bien fort le haut de Masaki. Je ne te laisserais plus partir !

Cette douceur sur son visage, les fines mains du brun sur ses joues puis ses lèvres au goût si agréable contre les siennes. Embrasse moi encore et encore, je me fiche de manquer de souffle, je veux juste sentir nos lèvres collées. Inséparables. Les joues de Kiba avaient une légère teinte rosée, il ne pouvait s’empêcher d’être encore un peu timide. Il ne t’arriveras pas la même chose qu’à Kaoru, Masaki, je ne laisserai pas une telle chose se passer une seconde fois. Cette fois je partirai le premier, après tout c’est moi qui ai l’espérance de vie la moins longue. Le baiser se faisait plus fougueux, mais tout aussi agréable. Le blond en redemanderait encore et encore.

Un endroit comme celui-ci ? Cette plage est jolie, en plus il n’y a personne pour les déranger à cette heure tardive de la nuit. Un petit regard vers sa basse puis le jeune musicien se blottit encore un peu plus contre le brun, ne lâchant toujours pas son vêtement qu’il tient fermement avec ses deux petits poings. Un petit bâillement. Non pas que son amour est ennuyeux, bien loin de là, mais Kiba est fatigué. Il n’a que peu dormit pendant que Masaki n’était pas là, toujours à penser à lui, à s’inquiéter. On le voyait d’ailleurs sur son visage, il était marqué par le manque de sommeil et l’inquiétude. Pourtant, un fin sourire étirait ses fines lèvres, c’était cette immense joie de retrouver celui qu’il aime qui faisait ça. Cette joie qui surpasse tout autre sentiment.


« Ne me laisse plus … s’il te plait. »

Un murmure presque suppliant. Kiba ne veux plus avoir à l’attendre ainsi, c’est trop difficile. Il épuise ses forces et risque de réduire à néant ses précédents efforts pour améliorer sa santé. D’ailleurs, il était resté à l’hôpital plusieurs jours parce qu’il se surmenait trop. Enfin, son état était tout de même de mieux en mieux. Il avait même réussit à manger un peu plus que d’habitude, il faudrait qu’il en fasse part à Masaki. Tout comme ses autres victoires personnelles. Enfin, pour l’instant il profite de ce petit moment de retrouvailles.

« Tu vas mieux .. ? »

Il s’inquiète un peu, quand même. C’était mieux que le brun parte plus longtemps et revienne en forme plutôt qu’il revienne uniquement pour faire plaisir au blondinet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://trognon-acide.skyblog.com
Masaki Ogawa

avatar

Nombre de messages : 39
Date d'inscription : 07/05/2008

Feuille de personnage
• Relations:
Orientation Sexuelle: Homosexuel

MessageSujet: Re: Kiba... Où es-tu ?   Lun 26 Mai - 19:21

Le sentir pleurer contre lui eut pour effet de le faire culpabiliser. Voilà, il était idiot. Tout à fait idiot. Il avait réussis à faire sourire Kiba, à le faire parler, à lui apprendre à aimer de nouveau. Et que faisait-il à présent ? Il lui apprenait à pleurer. C'était du grand n'importe quoi et ça relevait de la plus imbécile des intentions.
Il resserra le blond contre lui, ses mains caressant son dos, de haut en bas, parfois du bout des doigts, histoire de le sentir frissonner contre son corps. Un contact bien trop agréable. Kiba sembla se calmer, au fur et à mesure, Masaki le laissant pleurer autant qu'il le souhaitait, c'était de sa faute, il l'avait abandonner. Il était là à présent, et resterait là pour lui. Il ne partirait plus jamais ainsi. Il s'en faisait le serment.

Les lèvres de Masaki se posèrent sur les siennes et il mit un petit instant avant de l'embrasser plus fougueusement. Tout ça m'avait manqué. Cet oxygène m'avait manqué. Pardon de t'avoir laisser. Retiens-moi, enferme-moi avec toi. Je ne veux plus jamais repartir. Les mains de Masaki se glissèrent sur sa nuque, tenant son visage proche du sien pour l'embrasser à sa guise, puis il se recula, le regardant, les yeux remplis de désir. Pas de désir sexuel, non, du désir pour l'embrasser encore et encore. Le tenir contre lui, étalé leur amour sur cette plage, jusqu'au levé du jour, mais rien de sexuel. Kiba était le seul garçon que Masaki ne toucherait pas avant d'en avoir eu la permission. Masaki ne forcerait pas Kiba, et tout viendra naturellement. Dans quelques semaines ou quelques années.

Toute ta vie, qui se fera longue je l'espère, je te montrerais tout les bonnes choses, je ferais de toi le roi, je me fiche des préjugés et encore plus des autres. Car les autres ne peuvent sûrement pas comprendre se que je ressends.
A ses paroles, Masaki eut un petit pincement au coeur. Ne plus te laisser ? Mais je ne l'ai jamais réellement fait... J'étais loin mais mon amour pour toi était aussi fort que maintenant. Il soupira d'aise, posant sa tête contre la sienne. Je ne te cache pas que le bien qui m'inonde n'est rien comparé à se que tu pense. Je suis fou de toi et je voudrais tant savoir te le prouver, mais je n'ai jamais été doué pour ça...

- Tu n'as rien à craindre... Je resterais là...

Si Masaki savait pour son retour à la « bonne santé », il serait sûrement le plus heureux des hommes, mais pour l'heure, oui, profitons de cet instant qui s'annonçait magnifique. Ce soir, nous retournerons chez nous, si nous ne nous endormons pas sur cette plage. Et je nous préparerais un bon bain, tu pourras garder quelques vêtements si tu ne veux pas te montrer nu face à moi. Et je ferais en sorte de te détendre complètement. Après ça, nous irons nous coucher, et le lendemain matin, je nous préparerais un superbe déjeuner et nous irons ensuite nous prélasser sur le canapé du salon. L'après midi sera à nous.

- Je vais mieux depuis que tu es là...

Perdu dans ses pensées, il avait presque oublié de répondre à Kiba. Il se pressa ensuite contre lui, l'allongeant un instant dans le sable, pour pouvoir l'observer, accoudé sur le sable. Ses yeux... Son visage fin... Ses lèvres désireuses. Il se retint de l'embrasser de nouveau, avec peine. Il posa sa tête sur son torse et ferma les yeux. Non, il n'avait pas envie de dormir, juste d'entendre son coeur battre, le sentir battre et comprendre à quel point il était envie.

- Et toi, mon ange, est-ce que ça va ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiba Ito

avatar

Masculin Nombre de messages : 182
Age : 28
Date d'inscription : 03/05/2008

Feuille de personnage
• Relations:
Orientation Sexuelle: Homosexuel

MessageSujet: Re: Kiba... Où es-tu ?   Lun 26 Mai - 22:14

Petit à petit, les larmes de Kiba avaient séchées, ne laissant que deux fines traces sur ses joues, traces qui ne mettraient certainement pas longtemps avant de s’effacer. Son cœur battait à vive allure bien qu’il soit serré, c’était tellement agréable de sentir à nouveau Masaki contre lui. Pouvoir le toucher, l’embrasser. Si tu savais comme ce contact m’a manqué, je suis dépendant de toi, réellement. Durant le baiser, les doigts du blondinet avaient desserré leur emprise sur le haut du brun. Son esprit était totalement vide, son corps se relâchait complètement et seul un petit fourmillement dans son ventre lui faisait garder les pieds sur terre. Ce fourmillement qu’on ressent quand le plaisir est grand, que la joie l’est tout autant et que le désir ce faisait présent. Pas encore le désir sexuel, Kiba ne se sentait pas prêt. Pas que ce serait sa première fois, mais il avait encore un peu peur du douloureux souvenir de Kaoru. Même si Masaki était là maintenant, certaines choses ramenaient les souvenirs du jeune bassiste à sa mémoire et lui faisaient mal au cœur. Il faut le comprendre.

Kiba se blottit contre le brun à la manière d’un enfant, profitant de la chaleur qu’il dégageait et respirant son odeur toute aussi douce que lui. Finalement, il avait bien fait de laisser ses sentiments s’échapper, c’était une bonne chose qu’il ait perdu le contrôle sur sa carapace qui avait pourtant été si dure pendant tant de temps. Il pouvait maintenant sentir cette présence si rassurante contre lui, cette présence qui le faisait se sentir plus fort que tout. Bien que ce soit loin d’être la vérité. Mais il pouvait se sentir ainsi prêt à combattre sa maladie, prêt à se sentir à nouveau vivre. Merci d’être là, Masaki. Merci d’accepter mes sentiments aussi fous soient-ils et d’y répondre. Je pensais impossible que quelqu’un aime une personne comme moi, mais deux ça relève du miracle.


« Je ne crains jamais rien, quand je suis avec toi … »

Ah. Mince. C’était sortit tout seul, en fait Kiba avait plus pensé à voix haute que parlé. Les mots avaient été dits avec un air un peu détaché, pensif, justement. Au moins Masaki savait ce que pensait réellement Kiba, c’était toujours ça. Et en effet, le jeune bassiste se sentait en sécurité quand le bun était près de lui. Protégé de tous, et même de sa maladie. Une petite teinte rouge avait prit possession de ses joues, c’était tout de même gênant d’avouer ça comme ça, même si c’était uniquement la vérité. Et puis un fin sourire, timide. Le fait que Masaki aille mieux rendait le blondinet heureux, mais qu’il dise que c’était maintenant qu’il était là, ça le gênait tout de même légèrement. Enfin, il tenta quand même de se calmer, il ne fallait pas qu’il rougisse à chaque parole non plus, sinon il n’allait pas s’en sortir. Et puis il fallait que son petit cœur suive, aussi. Ah, celui là … on se passerait bien de ses problèmes. Pourquoi fallait-il que son cœur soit faible, hein ? Enfin bon, ce n’était pas ce à quoi il pensait le plus à ce moment précis, même si ça le tracassait dans un coin de sa tête, quand même.

Lentement, il se sentit allongé dans le sable, sous une légère pression de Masaki. Un doux sourire arquait ses lèvres, ce n’était pas encore de larges sourires expressifs, mais c’était déjà bien. Avoir son amour ainsi, penché au dessus de lui, ça lui donnait envie de l’attirer contre lui pour l’embrasser. Mais il se retint, se contentant de l’observer. Il tenait toujours le haut du brun, mais uniquement du bout des doigts, comme si il avait peur qu’il parte. Même si il savait que pour l’instant il était bien là, rien qu’à lui. Finalement, il dû le lâcher comme son amour avait décidé de poser sa tête sur le torse du blondinet. Torse si maigre, si faible … comment fais-tu pour m’aimer ? En tout cas, ne cesse pas, s’il te plait. Ses doigts se faufilèrent dans les longs cheveux bruns de Masaki, jouant doucement avec. Son cœur battait légèrement plus rapidement que la normale et ses joues était un peu rosées, mais la gêne était beaucoup moins présente qu’un peu avant. Mon ange … ce même surnom que lui donnait Kaoru, et qui en même temps se rapportait si bien au ton fantomatique de Kiba. Pourtant, pas de tristesse, de mélancolie ou quoi que ce soit d’autre, non un fin sourire apparut sur le visage du jeune homme.


« Je vais mieux. »

Il ne pouvait pas encore dire qu’il allait bien, mais mieux c’était déjà beaucoup. Il ne pouvait pas non plus avouer à Masaki qu’il allait encore mieux maintenant qu’ils c’étaient retrouvés, pourtant c’était tout à fait vrai. Mais c’était comme lui répéter qu’il l’aimait, il n’avait pas encore réussi depuis la fois où il avait réussit à lui avouer ses sentiments. Il ne pouvait pas encore, mais il c’était promit qu’un jour, il y arriverait. Et il y mettrait tout son cœur. Il continuait à jouer tranquillement avec les cheveux du brun d’une main, tendis que l’autre alla chercher une de celles de son amour. Un regard pour sa basse avant de fermer les yeux, profitant de cette tranquillité apaisante. Si seulement ce moment pouvait durer une éternité, ce serait tellement beau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://trognon-acide.skyblog.com
Masaki Ogawa

avatar

Nombre de messages : 39
Date d'inscription : 07/05/2008

Feuille de personnage
• Relations:
Orientation Sexuelle: Homosexuel

MessageSujet: Re: Kiba... Où es-tu ?   Mar 27 Mai - 2:33

C'était égoïste, mais Masaki aurait aimé que Kaoru disparaisse de l'esprit de Kiba. Parce que, de cette manière, il aurait pu avoir Kiba rien que pour lui. Que ce dernier ne pense plus qu'à Masaki. Mais il savait, qu'au fond, même s'il pensait beaucoup à lui, il y avait toujours Kaoru... Il était heureux, très heureux même avec le jeune blond, mais il sentait bien qu'il gardait toujours une part de lui pour Kaoru... Patience Masaki. Un jour, il l'oubliera encore un peu et il sera à toi vraiment...
Masaki sentit Kiba se blottir un peu plus contre lui. Et à ses paroles, un fins sourire se dessina sur ses lèvres. C'est vrai ça ? Il prit une grande inspiration, resserrant ses bras autour de son corps, il le pressa un peu plus contre lui. C'était tellement bon d'entendre ceci. Il avait l'impression d'être un peu plus vivant. A chaque fois, que Kiba effectuait un geste de tendresse, une parole de douceur, il se sentait comme renaître, son oxygène lui faisait battre son coeur, mais tourner la tête, comme quand on respire trop vite. Il aimait cet homme. Plus que n'importe qui. Il l'aimait à chaque fois un peu plus, plus qu'hier mais moins que demain. Et à toutes ses heures, il pensait à lui. Kiba.

Allongé dans le sable, Masaki put le regarder. A sa guise. Observer son visage. Ses yeux. Ses lèvres. Il glissa sa propre langue sur ses lèvres, posant ensuite sa tête sur le haut du torse de Kiba. Oui, il était bien comme ça, il pouvait l'entendre. Il pouvait savoir qu'il était vivant, et même qu'être dans cette position, faisait battre un peu plus son coeur. Il sourit, sentant la main de Kiba dans ses longs cheveux. Il n'y a bien que lui qui peut les caresser ainsi.
Masaki glissa ses doigts sur le torse de Kiba, recouvert par ses vêtements, mais ne s'empêcha pas de le lui caresser délicatement, alors que son regard se perdait sur les grains de sable. Kiba allait mieux ? Alors Masaki ne pouvait qu'aller bien, lui. Oui, il pouvait le dire, lui, qu'il allait bien, parce que rien ne le retenait de le dire. Il sourit, fermant les yeux.

Une main se glissa sur la sienne. Un sourire et Masaki releva la tête pour le regarder. Tu es si beau Kiba... Si beau... Laisse-moi t'embrasser de nouveau... Laisse-moi te prouver que je t'aime. Laisse-moi essayer encore un peu.
Masaki se redressa légèrement et, d'un geste délicat, vint poser ses lèvres, une fois de plus, sur celle de Kiba. Pas de paroles, rien, juste des gestes. Il l'embrassait avec délicatesse, avec douceur. Comme s'il avait peur de le briser. Pas comme quelques instants plus tôt ou tout était fougueux. Mais cette fois, il l'embrassa un peu plus longtemps, sa main remontant sur son torse pour glisser sur sa nuque, le tenant ainsi contre lui. Je t'aime Kiba... Je t'aime...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiba Ito

avatar

Masculin Nombre de messages : 182
Age : 28
Date d'inscription : 03/05/2008

Feuille de personnage
• Relations:
Orientation Sexuelle: Homosexuel

MessageSujet: Re: Kiba... Où es-tu ?   Mer 28 Mai - 22:06

Kiba pensait bien moins à Kaoru qu’avant, peu à peu le souvenir de ce dernier partait de son esprit. Du moins, toute la douleur qu’il pouvait ressentir, petit à petit elle arrivait à partir, grâce à Masaki. Grâce à ce nouvel amour, encore récent mais tellement bénéfique, tellement agréable. Tient, le jeune blond venait d’avoir une idée. Hum. Peut-être que son amour n’aimerait pas trop, il lui en parlerait plus tard. En effet, Kiba n’avait jamais réussi à aller voir la tombe de Kaoru, y aller avec Masaki serait plus facile. Et puis, ce n’était pas uniquement pour ça, c’était aussi pour s’excuser auprès de son ancien petit ami. Parce qu’il lui avait promit de n’aimer que lui, parce que de toute façon il ne se croyait pas capable d’aimer et ne pensait pas mériter d’être aimer, mais finalement il n’avait pas pu tenir cette promesse. Mais tout serait plus facile si le brun était près de lui. Idée à retenir dirons nous. Parce que bon, là ce n’était pas vraiment le moment de proposer ça, pas pendant ce doux moment. Surtout si Masaki n’était pas content par la suite, c’était tout de même mieux d’attendre un peu.

C’était tellement bon. Se sentir aimé à nouveau, se sentir protégé, se sentir vivant. A nouveau, Kiba pouvait sentir son coeur battre vraiment, plus son faible battement meurtrit d’avant. Des sentiments l’animaient à nouveau, ses yeux n’étaient plus aussi vides. C’était encore minime, mais il changeait. Lentement mais sûrement, il réapprenait à vivre aux côtés de son amour. Celui qui occupait à présent toutes ses pensés, tous ses rêves. Celui qui avait le privilège de le voir légèrement sourire et d’entendre – même qu’un peu – sa voix. C’était assez troublant tant de changement, mais c’était plutôt agréable. Même si l’indifférence d’avant était rassurante, être dans les bras de Masaki l’était d’autant plus. Le blond n’avait plus à porter cette lourde carapace avec lui.

Kiba ouvrit les yeux en sentant le brun se redresser. Tu t’en vas ? Non, ne me laisse pas … s’il te plait. La pensé du jeune homme n’ira pas plus loin, ses frayeurs non plus. Si Masaki avait quitté le torse du blondinet, c’était pour l’embrasser. Ses lèvres son si douces, si agréables. Kiba y goûterait encore et encore, il ne pourrait jamais s’en lasser. Et cette délicatesse dans chaque geste, cette tendresse. La main du blond se trouvant dans les cheveux de son amour descendit à la nuque de celui-ci, alors que celle qui lui tenait la main s’agrippa doucement à son haut pour l’attirer tout contre lui. Je veux te sentir contre moi. Je veux sentir ta chaleur, je veux goûter encore plus à tes lèvres et je veux entendre ton amour. Tu n’as pas besoin des mots, je comprend, rien qu’à travers ce baiser je comprend tes mots. Comprend les miens aussi, s’il te plait. Entend moi te crier tout mon amour à travers ce baiser. C’est ma seule manière de te le dire pour l’instant. Je t’aime Masaki, je t’aime de tout mon être et je veux que tu le saches. Comprend moi, entend moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://trognon-acide.skyblog.com
Masaki Ogawa

avatar

Nombre de messages : 39
Date d'inscription : 07/05/2008

Feuille de personnage
• Relations:
Orientation Sexuelle: Homosexuel

MessageSujet: Re: Kiba... Où es-tu ?   Mer 28 Mai - 22:43

Masaki glissa sur le corps de Kiba, sans l'écraser. Notons qu'il n'était pas lourd. >.< Sa main se glissa sur sa nuque, retenant son visage proche du sien. Ne pas m'en aller, mais ne pas te voir partir non plus. Il referma ses lèvres sur les siennes, forçant parfois le passage pour que sa langue puisse aller caresser sa jumelle. Un vrai baiser. Un baiser que tout couple puissent se faire. Un couple. Oui, ils en étaient un. Un couple de garçon, et alors ? Que quelqu'un ose dire quoi que se soit, et Masaki fera en sorte de faire taire cette personne à tout jamais. Ou non, il le forcera à regarder encore et encore, leur amour s'étendront par dessus les frontières. Toute la planète pourrons les voir, car Masaki criera son amour partout où il ira. Si ce n'est pas beau ça, *snif*
Sa main glissa le long du torse de Kiba, pour s'arrêter sur son ventre. Kiba, autorise-moi à te le prouver. Autorise-moi, même si tu as peur. Ou bien tu risques d'avoir peur longtemps. Laisse-toi aller, je te promets de ne jamais aller trop vite.
Ses doigts glissèrent sur l'attache du pantalon de Kiba, et il ne fit rien pour l'instant que de relâcher les lèvres du blond pour glisser sur son cou. Ne pas l'effrayer, ce n'était pas sa volonté, ni lui faire peur. Loin de là. Ses lèvres glissèrent de son cou, à son épaule, légèrement découverte à cause de son t-shirt trop large. Il faut penser à t'habiller un peu plus à ta taille jeune homme. Mais tu es si craquant dans ces vêtements qui te sont trop grand. Tu es maigre, certes, mais tu me plais comme tel. Je t'apprendrais à t'en sortir. Tu guériras et nous vivrons heureux et longtemps.
Puis, délicatement, sa main vint relever son t-shirt, et il l'embrassa sur son torse découvert. Un baiser timide, par-ci, par-là. Puis lentement, il descendait ses baisers le long de son ventre, jouant avec son nombril et la pointe de sa langue sur celui-ci. Sans lui demander, peut-être une erreur, ou peut-être pas, il vint déboutonner le pantalon de Kiba, l'ouvrant ensuite pour relever la tête, regardant Kiba, qui, il l'avait sentit, c'était légèrement redresser.

- N'ai crainte... Il n'y aura que ça ce soir... Laisse-toi faire mon ange...

Il lui adressa un fin sourire puis, avec douceur, glissa sa main sous le fin tissus de son sous-vêtement. Pas besoin de le mettre complètement à nu et peut-être que ça le gênerait de trop. Tout secret dévoilé, il recueillait entre ses mains le fruit du désir. Le fruit qui ne désirait pas être toucher sans faute de réaction, hein =D Mais un homme reste un homme. Et aussitôt que Masaki y eut déposé un baiser, la réaction ne se fit pas attendre.
Il releva les yeux pour observer les réactions de Kiba et avec prudence, il encercla, de ses lèvres, la partie la plus sensible chez tout être masculin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiba Ito

avatar

Masculin Nombre de messages : 182
Age : 28
Date d'inscription : 03/05/2008

Feuille de personnage
• Relations:
Orientation Sexuelle: Homosexuel

MessageSujet: Re: Kiba... Où es-tu ?   Mer 28 Mai - 23:23

Ce contact est si agréable, si remplit de sensations. Un contact pourtant si simple, si banal. Mais le bonheur n’est-il pas fait de ces petites choses ? Un simple baiser mais qui renferme tant de sentiments. Kiba cède, bien évidement, le passage à la langue de Masaki, voulant la caresser de la sienne. Entamant une douce danse, fuyant la langue de l’autre pour mieux la retrouver, mieux la caresser. Pour ce qui était du fait qu’ils soient deux garçons, le blondinet s’en fichait royalement. Pour lui, c’étaient ceux qui aimaient les femmes qui étaient étranges. Après tout, un homme ne s’assemble t-il pas parfaitement avec un autre ? Du moins c’est la vision du jeune homme, mais il n’a bien sur rien contre les hétéros, après tout chacun est attiré par qui il souhaite. Ou du moins qui son corps et son coeur souhaite. Du moment qu’on le laisse tranquille, il s’en fiche totalement.

Sentir les doigts de Masaki sur son ventre fit frissonner le jeune bassiste. Ce contact aussi, était agréable, vraiment. Toute cette tendresse, tout cet amour, c’était si doux. Savoir la main du brun sur l’attache de son pantalon faisait légèrement retrouver sa gêne au blondinet. Il y avait quelques années qu’il n’avait plus goûté à ce plaisir là, le plaisir et désir charnel. Est-ce que ça ne raviverait pas des souvenirs douloureux ? Mais en même temps, tout cet amour qui pourrait passait à travers ces gestes, ce serait si bon. Il devait se laisser aller un peu, ça ne pourrait pas lui faire de mal après tout. Et puis les baisers que son amour lui déposait dans le cou et sur son épaule étaient si envoûtants, comment refuser ? Comment ne pas se laisser allait contre lui et sous ses doigts, c’était impossible. Un doux soupir et un nouveau frisson. Kiba se retrouvait maintenant avec son t-shirt remonté et le torse frissonnant sous les légers mais délicieux baisers de Masaki. C’est de l’abus d’amour ça, non mais, mais je ne peux pas t’en empêcher. C’est bien trop agréable pour que je t’arrête.

Le blondinet c’était légèrement redressé en sentant que Masaki venait de défaire l’attache de son pantalon. Il appréhendait tout de même un peu. Les souvenirs ne seront-ils pas trop douloureux ? Il n’y aura que ça … oui, mais tant de choses risquent de revenir. Enfin, il essaya tout de même de se détendre au maximum, respirant calmement et venant caresser la joue du brun du bout des doigts. Je te fais confiance, donne moi assez de plaisir pour que mes souvenirs ne ressurgissent pas. Ne me laisse même pas le temps de penser, juste le temps de respirer un peu et de t’aimer. Un nouveau soupir en sentant les doigts fins de son amour sur son intimité.

Effectivement. Un homme reste un homme. Et avec des réactions d’homme. Quelques caresses et un petit baiser et voilà que Masaki pouvait sentir l’entrejambe de Kiba gonfler dans ses douces mains. Encore un soupir, léger. Montre moi ce que tu sais faire, mon amour. Et voilà un petit sourire où on lirait presque des sous-entendus sur les lèvres du blondinet. C’est que ce jeune homme se cache bien. Sous cette carapace froide, on peut trouver un garçon timide et enfantin. Mais ensuite ? Ensuite, il y a un gamin plein de vie puis on peut trouver le jeune homme qui aime le plaisir charnel. Il n’est pas un coureur de pantalons, mais il aime pouvoir sentir la personne qui a obtenu son coeur en lui. La désirer, la toucher, la sentir. Toute cette douceur moins innocente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://trognon-acide.skyblog.com
Masaki Ogawa

avatar

Nombre de messages : 39
Date d'inscription : 07/05/2008

Feuille de personnage
• Relations:
Orientation Sexuelle: Homosexuel

MessageSujet: Re: Kiba... Où es-tu ?   Jeu 29 Mai - 6:10

Le regard de Kiba sur lui, le fit légèrement rougir. Vous auriez pariez ? Il était gêné. Non pas gêné de lui faire ça, au contraire, mais gêné de sentir son regard sur lui. Parce qu'il avait peur qu'il le prenne mal, peur qu'il le repousse. Peur qu'il l'abandonne suite à ça. Mais le sourire qui apparut sur son regard eut pour effet de le surprendre. Tu... aimes ? Oui, il aimait et ça se voyait. Après avoir reprit plus confiance en lui, il caressa, de sa main, l'intimité de Kiba, le sentant doucement, mais sûrement, gonflé entre ses doigts. Alors comme ça, monsieur le timide et fragile aimait ces choses là. Il en eut un petit rire intérieure alors que ses lèvres venaient se poser sur l'extrémité de son intimité, remplacé parfois par la pointe de sa langue.
Ses mains glissèrent le long du ventre du blondinet, remontant pour accéder à son torse. Ça me plaît de te voir comme ça. Te voir apprécier. Te voir aimer. J'ai envie de tout entendre. De comprendre ton amour, de le lire sur ton visage. Je compte bien te montrer ce que je sais faire... Ses gestes se faisait plus rapide, plus accélérer, de sorte à lui faire savourer encore plus cet instant. Parfois, il s'aidait de ses mains, parfois ses lèvres faisaient tout le travail. De temps à autre, il relevait son regard pour pouvoir observer chaque faits et gestes de Kiba.

Non pas que l'envie de pouvoir l'avoir contre lui à ce moment même, ne se faisait pas présent, loin de là, mais il avait un certain respect pour Kiba et il savait que, pour l'instant, ça n'était pas le bon moment. Peut-être dans quelques mois. Il n'y a pas de mal à prendre tout son temps, n'est-ce pas ? Quand Kiba serait tout à fait près, il lui fera signe, et pour un début, Kiba faisait de grands efforts pour oublier Kaoru.
Il redressa la tête, sa main caressant son intimité, pour pouvoir regarder Kiba. Si tu apprécies, alors je n'en suis que plus heureux. Un sourire étira les lèvres de Masaki et, reprenant son chemin, il pencha la tête en avant, accélérant un peu plus à chaque fois pour diminuer l'allure, et reprendre plus vite. C'était un jeu pour Masaki qui se plaisait à torturer son ange. Un ange, voilà qui était le mot idéale. Un ange déchus, mais un ange tout de même. Il était si fragile, peur de le briser. Peur de froisser ses ailes.

Sa main libre caressa ses cuisses, embrassant l'une d'entre elle pour ensuite reprendre son intimité de ses lèvres. Il ne pouvait décidément pas s'en passer. Nouvelle drogue ? XD Ne pensez pas qu'il n'y a que le sexe qui le passionne dans une relation, loin de là, mais il faut avouer que si l'un aime faire et que l'autre aime sentir, eh bien ils sont faits l'un pour l'autre. Ils se complètent en quelques sortes. Mais vaut mieux ne pas précipité tout ça.
L'intimité de Kiba gonfla jusqu'à son maximum, entre les lèvres de Masaki, sûrement signe qu'il était proche de l'instant ultime. C'est comme ça que l'appelait Masaki. L'instant ultime, l'instant sublime. Beaucoup de jeu de mot qu'il s'inventait et encore, il en avait encore plein des comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiba Ito

avatar

Masculin Nombre de messages : 182
Age : 28
Date d'inscription : 03/05/2008

Feuille de personnage
• Relations:
Orientation Sexuelle: Homosexuel

MessageSujet: Re: Kiba... Où es-tu ?   Jeu 29 Mai - 20:01

Kiba, à ce moment même, se sentait parfaitement bien. Ses yeux étaient à demi clos, ses lèvres arquées d’un léger sourire et son bas ventre fourmillait agréablement. Allongé sur le sable, la lune et les étoiles comme seule faible mais douce lumière, il n’était plus gêné désormais. Si une légère teinte rosée était toujours présente sur ses joues, c’était plus par désir et excitation naissante que par timidité. Masaki a la chance de découvrir une nouvelle face du blondinet. Il n’est pas si timide que ça, finalement, moins que ce qu’on pourrait croire en tout cas. Mais il ne faut surtout pas le brusquer, sinon il se renfermera sur lui-même et là c’est certainement mieux de laisser tomber. Sa carapace n’est pas totalement brisée. Fais moi plaisir, empêche moi de penser à autre chose que mon amour pour toi. Fais moi tout oublier, fais moi sentir ton amour pour moi, rassure moi. S’il te plait.

De doux frissons le parcouraient, les caresses de Masaki étaient si légères, si douces. Que ce soit sur son intimité ou ses cuisses, c’était tout aussi délicieux. Si tu te débrouilles si bien, je risque de t’en redemander. Un nouveau sourire à cette pensé. Kiba, oserais-tu en demander plus, en demander encore ? Pas tout de suite en tout cas, il lui faudrait un peu de temps. En tout cas, le brun comprendrait sûrement facilement les désirs du blondinet quand ce dernier serait prêt. Sentir son entrejambe gonfler sous les doigts de son amour, et enfin entre ses lèvres, c’était si agréable. De petits soupirs s’échappaient des lèvres du jeune bassiste qui c’était décidé à fermer totalement les yeux pour profiter d’autant plus de ce doux moment. Il emmêlait quelques mèches brunes autour de ses doigts fins, essayant de ne pas les tirer, ne voulant pas faire de mal à Masaki. Surtout pas, alors que tout est si doux.

Un gémissement s’échappa des lèvres entre ouvertes de Kiba quand son amour quitta son intimité pour déposer un baiser sur sa cuisse. Un petit gémissement de frustration, tout juste audible. Puis un nouveau soupir en sentant la chaleur humide entourer à nouveau son entrejambe. Ne t’arrêtes pas, s’il te plait. J’aime trop ça, et j’espère que tu apprécies tout autant. Je m’en voudrai sinon. L’instant ultime, la jouissance, était proche. Masaki pouvait sentir l’intimité du blondinet gonflée au maximum. Mais ce dernier faisait du mieux qu’il pouvait pour retarder le moment de se libérer. C’était si agréable, si bon, si doux. Il fit donc son possible pour ne pas se libérer de suite et laissa passer quelques secondes encore. Secondes qui firent peut-être une minute, mais pas plus. Relâchant tous ses muscles et poussant un petit gémissement, Kiba se vida entre les douces et si tentantes lèvres de son amour. Sa respiration était accélérée et son coeur battait plus vite. Saleté de coeur qui a toujours du mal à suivre les émotions du jeune bassiste. Un doux sourire ornait ses lèvres. Un sourire heureux, un sourire amoureux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://trognon-acide.skyblog.com
Masaki Ogawa

avatar

Nombre de messages : 39
Date d'inscription : 07/05/2008

Feuille de personnage
• Relations:
Orientation Sexuelle: Homosexuel

MessageSujet: Re: Kiba... Où es-tu ?   Jeu 29 Mai - 21:10

Masaki appréciait le contact de la peau de Kiba contre lui. Du moins contre son visage. Sa tête un instant posé sur sa cuisse, regardant sa propre main accélérer l'allure sur son intimité, puis ce soupire de frustration qui fit sourire Masaki alors qu'il se redressait pour reprendre, de ses lèvres, le jeu intime qu'il faisait redécouvrir à Kiba. Je sais que tu ne l'as sûrement pas fait depuis un petit moment, mais tu ne sembles pas avoir oublier le plaisir que cela apporte. Tu me laisseras, un jour, plus tard, te montrer combien je peux être doux avec toi ? Un jour, oui, et rien ne presse, je te l'accorde. C'est même encore mieux d'attendre, car cela sera encore plus intense le jour où nous nous donnerons l'un à l'autre. Il laissa la pointe de sa langue caresser l'extrémité de son intimité alors que sa main s'occupait des allées et venues. Et même si tu n'es pas prêt pendant de longues années, j'attendrais le temps qu'il faudra. Peut-être que ce moment-ci t'y aidera. Il reprit le membre de Kiba entre ses lèvres, sentant que le dernier moment approchait. Il se retenait, encore, signe que ça lui plaisait sûrement, et Masaki ne pouvait pas être plus heureux qu'à l'instant. Il accéléra encore, jusqu'à ce qu'il entende le gémissement de Kiba et, comprenant qu'il se laissait aller, il le recueillit sans éprouver le moindre dégoût, au contraire, il continua un petit instant, le temps de tout recueillir. Il se redressa ensuite, caressant un instant, de son index, le bas-ventre de Kiba pour remonter et venir l'embrasser dans le creux du cou.

- Ca va ?

Il lui adressa un fin sourire avant de déposer un fin baiser sur ses lèvres. Si tu savais Kiba... Si tu savais combien de bêtises j'ai fais durant mon absence. J'ai essayé de tous vous oubliez. Si tu savais combien on été violent en me prenant entre leur drap. Si tu savais comme, te faire du bien, me fais du bien aussi... Si tu savais comme je suis heureux de rêver de nouveau...
Il cala sa tête dans le creux du cou du blondinet puis respira calmement son odeur, son parfum. Si tu savais combien j'aimerais que l'on reste ainsi enlassé encore longtemps. Il frémit, j'ai froid, mais si chaud en même temps de sentir ton corps près de moi. Dit, ce soir je dors avec toi hein ? Sans rien faire, je te l'ai promis. Je ne te toucherais pas comme ils m'ont touchés. Je ne te toucherais que quand tu te sentiras près, en attendant, je te veux contre moi au moins pour ce soir... Il sourit, relevant la tête pour observer son visage. Tu es si beau... De sa main, il dégagea de son visage quelques mèches blondes qui cachait et il déposa un baiser par-ci, par-là, sur son front, ses joues, ses lèvres et même le bout de son nez.

- Est-ce que tu m'autorises à dormir avec toi, ce soir ? Je voudrais pouvoir me réveiller avec toi à mes cotés...

Il reposa sa tête sur l'épaule de Kiba, venant poser son bras autour de son torse. Je ne veux pas te quitter, pas une fois de plus, je te le promets. Nous resterons à jamais ensemble. Pour l'éternité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiba Ito

avatar

Masculin Nombre de messages : 182
Age : 28
Date d'inscription : 03/05/2008

Feuille de personnage
• Relations:
Orientation Sexuelle: Homosexuel

MessageSujet: Re: Kiba... Où es-tu ?   Ven 30 Mai - 19:44

Magique. Doux. Délicieux. Merveilleux. Amoureux … parfait ? Oui, c’était bien ça le mot. Parfait. De petits gémissements se laissaient entendre de la part de Kiba, s’échappant de ses lèvres entrouvertes. Ses yeux étaient clos pour apprécier encore plus l’instant et sa respiration légèrement accélérée par le désir, l’excitation. Il aime et son corps le prouve. Personne ne pourrait rester de marbre à un tel traitement. Même le plus insensible ou le plus hétéro des hommes serait obligé d’aimer. Et je suis loin d’être insensible quand je n’ai pas ma carapace. De tes lèvres comme de tes mains, tu es doué Masaki. Tu es doué. Le blondinet se sentait si bien, les lèvres de son amour entourant son intimité qui commençait à se faire douloureuse. Il était déjà tant de mettre fin à ce moment si bon. Il ne pouvait pas se retenir plus longtemps, il fallait qu’il se libère. Dois-je te prévenir, Masaki ? Trop tard. Pas le temps de réfléchir à la question que déjà il c’était vidé entre les lèvres du brun en un gémissement.

Plus tard, je te le promets, tu pourras m’en montrer plus. J’aurais d’ailleurs pu te sauter directement dessus, sur cette plage, si seulement j’étais moins gêné. Et si le souvenir de Kaoru ne m’hantait pas. Tu as même réussi à me le faire oublier tout comme le reste de mes pensés pendant ce doux traitement. Merci. Doucement, Kiba reprenait une respiration normale, frissonnant encore légèrement au contact de l’index de Masaki sur son bas ventre. Et une fois de plus sous cet innocent baiser au creux du cou. Je t’aime, tu sais. Je t’aime. Il ne pu répondre de suite si ça allait ou non, même si il n’avait pas besoin de réfléchir pour donner sa réponse. Son esprit était encore un peu embrumé par l’instant passé et il n’avait pas encore envie de parler. Le jeune bassiste embrassa donc son amour avec toute la douceur et tout l’amour dont il pouvait faire preuve. Ses doigts parcouraient sa joue, la frôlant et la caressant par moments. Ta peau est douce. Puis finalement il rompit le baiser, se décidant à répondre. Sa voix était toujours pareille, un chuchotement. Mais n’était-ce pas le mieux à ce moment précis ?


« Tu es vraiment doué, tu sais ? »

Un petit sourire, encore un où on pourrait presque lire quelques sous-entendus, puis le blondinet se blottit contre le torse de son amour. Je ne veux plus que tu partes, j’ai besoin de toi près de moi. Il ne faut pas lui dire qu’il a été trompé, sinon il ne sera que plus détruit. Il retrouvera sa carapace et se décidera peut-être enfin à partir. Ou sinon il se laissera mourir à petit feu. Il a bien voulu accorder sa confiance bien qu’il ne le fasse que très rarement, il ne pourra plus jamais le faire si il apprend que même Masaki a été voir d’autres hommes. Enfin, pour l’instant laissons le profiter de la douceur et de la chaleur de son amour. La façon dont il c’est collé au brun contraste totalement avec le sourire qu’il a eu juste avant. Mais bon. Il frissonne ? Je ne veux pas que tu ais froid, il ne faudrait pas que tu sois malade. Les bras fins du jeune bassiste passèrent autour du corps de son amour, tentant de le réchauffer un peu, un petit sourire d’enfant heureux accroché aux lèvres. Je t’aime, si tu savais.

Finalement Masaki se redressa un peu. Tu veux partir ? Non, visiblement c’était dans le but de mieux voir le visage de Kiba. Le sourire de ce dernier s’agrandit en sentant les doux baisers sur son front, ses joues. Il prolongea un peu celui sur ses lèvres et plissa légèrement le nez quand il y reçu un léger baiser. Bizarrement, son nez était une partie sensible chez lui. Enfin, sensible. Ca le chatouille au moindre contact. Si je t’autorise à dormir avec toi ? Evidemment que oui. Si tu ne m’avais pas proposé et que tu étais parti en direction de ta chambre, j’aurais été moi-même te chercher. Ou je serai venu dans ton lit. Je ne veux pas dormir sans toi. Mes nuits sont si mauvaises quand tu n’es pas là. Un petit coup et hop, Kiba inverse les positions. Il se retrouve maintenant à califourchon au dessus de Masaki, ses mains posées dans le sable de chaque côté du visage de ce dernier et son propre visage juste au dessus. Un fin sourire aux lèvres, il les dépose dans le cou du brun un instant, mordillant très légèrement à cet endroit puis planta son regard dans celui de son amour.


« Evidemment. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://trognon-acide.skyblog.com
Masaki Ogawa

avatar

Nombre de messages : 39
Date d'inscription : 07/05/2008

Feuille de personnage
• Relations:
Orientation Sexuelle: Homosexuel

MessageSujet: Re: Kiba... Où es-tu ?   Sam 7 Juin - 4:53

Masaki le rhabilla, afin que personne sur cette plage ne puisse voir une partie de son amour. Non, tout est à lui. Il en venait à être égoiste, mais n'est-ce pas normal d'être égoïste de ce genre de chose ? Il ne laisserait personne profiter de ça, car c'était exclusivement à lui. Oui, il ne souhaitait en aucun cas que Kiba aille voir ailleurs, mais rien qu'à cette pensée, il fut troublé par la gêne qui s'installait peu à peu. Lui, il allait voir Nana, pourquoi il refuserait que Kiba aille voir ailleurs ? Pourquoi serait-il jaloux alors que lui-même allait voir quelqu'un d'autre ? Simplement parce qu'il était jaloux, pourtant Kiba l'était sûrement lui aussi. Raaah, c'est difficile.
Masaki entoura le corps de Kiba de ses bras, venant le loger un peu plus contre lui. Il était doué ? C'était bon à savoir, au moins il n'avait pas dégouter le jeune brun et il semblait avoir même très apprécié. Il pourrait donc recommencer à l'avenir XD Le baiser qu'il lui offrit lui laissait comprendre qu'il l'aimait encore. Tant mieux. Et Masaki put, à son tour, l'embrasser, le resserrant contre lui. Un jour, je pourrais t'aimer totalement... Mais le baiser se termina. Peut-être même un peu trop vite à son goût, mais il ne releva pas ce détail et laissa son index caresser le bras du jeune homme alors qu'il reposait sa tête dans le sable. L'inconvénient d'une plage, c'était le sable. Ça collait partout et c'était trop chiant quand il y en avait dans les chaussures ou dans les vêtements. Alors dans les cheveux, je vous raconte pas TT Il prendrait une douche en rentrant.

- Content que ça t'es plus...

Il lui sourit puis glissa ses mains le long de son dos. Je n'ai pas froid, je suis bien. J'ai eu chaud, parce que comme tu le sais, je suis un mec TT et te voir apprécier m'a fait apprécier aussi, mais ça va mieux. J'aurais pu moi-même te sauter dessus, mais j'ai préféré rester sage pour ce soir. Nous verrons plus tard, quand tu seras près. Mais les bras de Kiba eut pour effet de le faire sourire alors que le petit brun tentait de le réchauffer. Tellement d'attention... C'était choux.

Dormir l'un contre l'autre, s'éveiller et se retrouver enlacé contre un corps. Quoi de mieux en plus que celui de Kiba ? Il sourit, fermant les yeux alors que l'étreinte avec le brun se faisait de plus en plus long. Il aimait avoir ce corps entre ses bras, il se sentait si fort et ne souhaitait que le protéger d'avantage. Mais hop, le voilà qui bouge. Il bascula sur le coté, un petit poids se plaçant sur lui. Il sourit et glissa ses mains sur les hanches de Kiba, venant les lui caresser, sans sous entendu. Son regard se fixa dans le sien et il mit un moment avant de pouvoir en décrocher et répondre. Hypnotisé, je suis foutu.

- Alors voilà, je suis comblé.

Un sourire étira ses fines lèvres alors que ses mains remontait le long du dos de Kiba, venant le faire se pencher un peu plus de sorte à ce qu'il puisse attraper ses lèvres, et ce ne fut pas difficile, même si Masaki avait relever également la tête pour écourter la distance. Ses lèvres se pressèrent sur celle de son amour et il sentit son corps s'engourdir. Heureux. Je suis heureux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiba Ito

avatar

Masculin Nombre de messages : 182
Age : 28
Date d'inscription : 03/05/2008

Feuille de personnage
• Relations:
Orientation Sexuelle: Homosexuel

MessageSujet: Re: Kiba... Où es-tu ?   Dim 8 Juin - 1:39

Un petit sourire sur les lèvres de Kiba. Il trouvait amusante la manière protectrice voir même jalouse avec laquelle Masaki le rhabillait. Tu es beau, tu sais. Ne t’en fais pas, qu’on voit mon corps ou pas, je ne laisserais personne d’autre que toi me toucher. Je ne suis rien qu’à toi. A toi et toi seul. Non, il ne pourrait pas aller voir ailleurs, il ne pourrait pas voir d’autres hommes. Le blondinet était ainsi, quand il aimait quelqu’un c’était jusqu’au plus profond de son cœur, de son âme. Mais petit à petit, lentement, le souvenir de Kaoru réussissait à s’effacer. Il pense tant à Masaki maintenant, que son ancien amour n’arrive plus à occuper cette place si importante qu’avant dans son esprit. Non, maintenant il ne revient que quand des moments rappellent au jeune bassiste des souvenirs. Plus ou moins douloureux. En tout cas, l’amour est presque partit. Et même si il ne pourra jamais totalement oublié celui qui fut son premier amour, le jeune homme se sent prêt à aimer le brun, vraiment.

Un léger frisson. Pas de froid, non, parce que Kiba est sensible au contact, donc sentir les doigts de Masaki lui caresser les hanches lui provoque une réaction. Pas désagréable, du tout. Aux paroles de son amour, il eut un sourire. Si tu es comblé, je ne peux que être heureux. Que tu me dises une telle chose … je me sens vivant, je me sens enfin être quelqu’un à part entière. Plus ce fantôme qui ère entre la vie et la mort. Et voilà que leurs lèvres se rencontrent à nouveau. Le blondinet ne veut plus quitter celles de celui qu’il aime. Non, elles sont si douces, si parfaites. Et sa langue qui l’est tout autant. Lui aussi, est hypnotisé. Complètement envoûté par le brun. Tu me fais revivre des choses sans pour autant que je souffre ou que je ne pense trop à Kaoru. Tu me fais vivre, tout simplement. C’est donc ça, l’amour. Ce sentiment dont j’avais tout oublié, jusqu’au nom. Merci Masaki. Merci.

Lentement, les doigts du jeune bassiste viennent se perdre dans la chevelure de son amour. De toute façon, tu es sûrement déjà plein de sable, tu ne m’en voudras pas si je t’en rajoute, hein ? Te rappelles-tu au moins que nous sommes sur la plage. J’aime te savoir dans cet état, quand tu es ailleurs grâce à moi. J’ai du mal à rester connecté à la réalité, tu m’envoûtes tant. Je suis perdu mais, pour une fois, ça me plait. Et puis Kiba laissa les lèvres de Masaki pour venir les faire frôler le cou de celui-ci. Soufflant doucement sur la peau sensible, il y déposa quelques baisers, passant légèrement sa langue par moment.
J’ai envie de toi. Il a tellement de temps, que je n’ai pas pensé une telle chose. Pourquoi suis-je si timide ? Je n’arriverai sûrement pas à aller plus loin que ces baisers. Je ne pourrais pas te montrer mon désir. Mais tu sais, ce doux traitement auquel j’ai eu droit, c’était tellement bon. Délectable. Je suis un homme après tout, c’est normal que je ressente du désir. Je voudrai tant m’abandonner à toi, te sentir en moi. Je veux sceller notre amour en réunissant nos deux corps. Je t’aime tant, tu sais. J’arriverai à te montrer mon envie, je dois réussir. Je te veux tant, pourquoi est-ce que je ne serait pas capable de te le faire voir. Masaki … attend toi à une surprise de la part de Kiba. Ce petit être n’est pas si innocent qu’il n’y paraît. Et il reste un homme, dans tous les cas.

Bien sûr que Kaoru était toujours présent dans son esprit, mais il en occupait désormais une si petite partie par rapport au brun, il ne fallait pas s’inquiéter. Il pourrait l’oublier, un jour. Et peut-être que se prouver entièrement leur amour l’un à l’autre aiderait le jeune bassiste à oublier son ancien amour. Il voulait tenter le coup. Enfin, pas uniquement pour cette raison, évidement. C’est aussi parce qu’il veut prouver à Masaki combien il l’aime. Que même si il n’arrive pas à le lui redire, ses sentiments sont vraiment forts. Il veut appartenir corps et âme à son amour. Il lui accorde une totale confiance. Après tout, c’est la seule personne à lui permettre de vivre.

Et puis, après plusieurs minutes passées à embrasser, lécher et parfois même mordiller le coup de Masaki, Kiba se redressa. Un doux sourire arquant ses lèvres. Il se releva lentement, se mit à côté de son amour et lui tendit la main pour l'aider à se lever à son tour. Il se fait tard et le vent commence à être légèrement frais. Il ne faudrait pas non plus qu'un des deux jeunes hommes ne tombe malade, ce serait dommage pour des retrouvailles. Un doux chuchotement s'élève finalement.


« On rentre .. ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://trognon-acide.skyblog.com
Masaki Ogawa

avatar

Nombre de messages : 39
Date d'inscription : 07/05/2008

Feuille de personnage
• Relations:
Orientation Sexuelle: Homosexuel

MessageSujet: Re: Kiba... Où es-tu ?   Sam 14 Juin - 3:48

Tu veux me tuer, avoue-le... Mais tu sais, si c'est mourir d'une aussi belle façon, je veux bien que tu continues à me tuer... C'est si bon. Masaki ne stoppa pas le baiser, et continua, de cette façon, à lui montrer un peu plus son amour à chaque fois. Il aimait ces baisers, ces caresses, sont corps contre le sien, son regard, son visage, sa faible voix. Il aimait tout chez le petit être qu'était Kiba et il ne se lassait pas de le voir sourire, frémit entre ses mains, soupirer, et même parfois, rire.
Il inclina la tête sur le coté, permettant à Kiba de progresser dans ses baisers et une multitude de frisson le fit soupirer d'aise. Si tu continues comme ça, tu vas me faire perdre la tête. Kiba le mordillait, et Masaki gémit, légèrement, presque inaudible. Il se mordit les lèvres. Pardon, c'est sortit tout seul. Cependant, Kiba ne faisait pas une bonne chose pour l'état de Masaki XD Et se dernier tenta de calmer le jeu. Autrement dit, il allait devoir le stopper pour ne pas lui sauter dessus >.<

- Kiba... Pas ça...

Il le suppliait, d'une part, de s'arrêter, mais en même temps, de continuer. Enfin, c'était assez étrange, mais il fallait qu'il s'arrête tout de même, sinon Masaki allait se trouver dans un sale état XD
Il laissa le jeune brun se relever, et quand il lui tendit la main, il se releva à son tour, ne lâchant pas pour autant sa main, où il entremêla ses doigts aux siens. Ne me lâche pas... Ne nous lâchons jamais. De son pouce, il caressait le dos de sa main et il se pencha légèrement pour venir lui attraper un dernier baiser, pour, par la suite, l'entraîner avec lui, hors de la plage. Oui, rentrons.
Il avait hâte de rentrer, parce que le sable le grattait un peu trop, et c'était désagréable, mais il avait surtout envie de pouvoir être de nouveau entre les bras du brun à ses cotés. C'est fou comme, même l'espace d'un instant, ça puisse être trop long. Une fois, mais pas deux. Je ne partirais plus, tu en as ma parole.

- Au fait, Kiba... Tu es retourné à l'hôpital, depuis, je suppose... Qu'est-ce que les médecins ont dit ?

Ne me mens pas, je le saurais si tu mentais. Est-ce que tu vas un peu mieux ? Où est-ce que ça ne va plus du tout ? Bon, okay, il appréhendait. Il avait peur d'entendre quelque chose de négatif et il ne pouvait pas empêcher son coeur de battre à tout rompre. Il resserra ses doigts sur ceux de Kiba, alors qu'il lui jetait un rapide regard pour apercevoir sa réaction. Il n'y a que là, de toute façon, qu'il pouvait savoir si c'était du bon, ou du mauvais.

- Et sois franc. Je suis capable d'entendre la vérité...

De la peur dans sa voix, de l'inquiétude. Dit-moi que tout va mieux. Que les médecins ont dit que tu seras bientôt guérit, même si c'est pratiquement impossible. Dit-moi au moins que tu resteras encore très longtemps avec moi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiba Ito

avatar

Masculin Nombre de messages : 182
Age : 28
Date d'inscription : 03/05/2008

Feuille de personnage
• Relations:
Orientation Sexuelle: Homosexuel

MessageSujet: Re: Kiba... Où es-tu ?   Mer 18 Juin - 22:43

Pas ça, hein ? Tu te trahis tout seul, Masaki. Je sais que tu aimes ça. Ca se voit, ça se sent. Tu es un homme, après tout. Gardant un air de gamin innocent, Kiba continuait sa douce torture dans le cou de son amour. Avec toute la délicatesse possible, il l’embrassait, le léchait, le mordillait. Je ne suis pas encore capable de te montrer combien j’ai envie de toi. Combien je veux sentir nos corps s’unir, pouvoir te crier mon amour au travers de mes gestes, nous savoir entièrement liés. Alors je ferais tout pour te faire perdre la tête, que tu me désires plus que tout. Je descendrait bien le long de ton torse, mais mon petit jeu risquerait d’être découvert, n’est-ce pas ? Je ne paraîtrais plus aussi innocent. Il se relève donc, tendant une main au brun pour l’aider à faire de même.

Leurs doigts entrelacés, ils se dirigeaient vers leur appartement. Kiba prenait soin de rester toujours collé contre Masaki. Sa présence était tellement rassurante. Ses bras semblaient si protecteurs. Si tu savais comme je t’aime. Ah, l’hôpital. Oui, le blondinet en revenait avec de bonnes nouvelles ! Son espérance de vie avait encore augmenté. De quelques années seulement, mais c’était déjà très bien. L’espoir revenait, peu à peu. Et même si il n’arrivait pas encore à parler avec d’autres personnes que Masaki, les médecins lui ont assuré que ça reviendrait.


« Tu en as encore pour sept ans à me supporter ! Et je ne te lâcherai pas avant. »

La dernière phrase avait plus été un petit murmure pour lui-même. Son coeur appartenait maintenant à Masaki, et seule la mort pourrait changer ça. Mon amour, ne t’attache pas trop à moi, s’il te plait. Sept ans, ça passe plutôt vite, trop vite même. Je ne veux pas que tu souffres. Je veux que tu sois toujours aussi heureux. La joie te rend si beau. Quand je ne serais plus là, trouve simplement quelqu’un d’autre et oublie moi. Je ne t’en voudrai pas, je serai juste content pour toi. Je veux pouvoir admirer ton sourire encore et encore. Un petit sourire triste arquait doucement les fines lèvres du blondinet. Sept ans. C’est trop court. Il s’arrêta et embrassa son amour avec tous les sentiments qu’il pouvait mettre dans un baiser. Comme s’il allait être le dernier. Baiser qu’il ne rompit qu’une fois que l’air lui manqua, une moue un peu déçue, lui donnant un air de gamin, prenant place sur son visage. Tout son amour pour Masaki était contenu dans ce baiser. Puis, tête basse, il laissa échapper un murmure.

« Je ferai de ces sept années les plus belles. Pour qu’un beau souvenir de moi reste dans ton coeur. »

[Nyuuuuh'~ c'naze >w<]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://trognon-acide.skyblog.com
Masaki Ogawa

avatar

Nombre de messages : 39
Date d'inscription : 07/05/2008

Feuille de personnage
• Relations:
Orientation Sexuelle: Homosexuel

MessageSujet: Re: Kiba... Où es-tu ?   Lun 23 Juin - 0:14

Masaki resserra ses doigts sur le sable, les plantant dans le sol granuleux, de nombreux grains de sable venant se loger sous ses ongles. « Kiba... Arrête... » il aurait aimé le lui redire, d'arrêter, mais plus aucun son ne sortait, si ce n'est qu'un léger, très léger gémissement qu'il stoppa bien vite en se mordillant la lèvre. Et voilà TwT Maintenant, j'ai envie de toi. Es-tu content ? Kiba se redressa, fier, et Masaki, lui, les joues rosient, jeta un rapide coup d'oeil à son pantalon. C'est bon, ça se voit pas trop xDD Et il se redressa, avec la frustration quand même que tout ça n'est pas continuer. Kiba, ne reste pas sage trop longtemps non plus xD Ou alors, ne le chauffe pas, sinon c'est de la torture ^w^

Et les voilà qui marchait, quittait la plage pour se diriger vers la ville, pour retrouver leur appartement, main dans la main et les doigts entre-croisés. La question avait franchis ses lèvres sans qu'il ne puisse réellement la retenir. Il y avait pensé comme ça, juste par hasard et bientôt, l'interrogation le rendit impatient. Il jeta un rapide coup d'oeil vers Kiba qui lui annonça la nouvelle. Une nouvelle qui serait bien, mais jamais trop bonne. Que se soit dans 5 ou 7 ans, Kiba le quitterait trop tôt. Un soupir, et son regard se fixa sur le sol alors qu'ils continuaient de marcher. Sept ans, c'est trop court... Tellement trop court. Il se mordilla la lèvre, ne disant rien, ne relevant même pas ses paroles. Sept ans... Cette date scintillait devant son regard. Une date devenu nulle à ses yeux et synonyme de malheur.
Il se sentit arrêter par des bras venant se loger autour de son cou, et des lèvres se poser sur les siennes. Il cessa donc de penser, et referma ses bras autour de la taille de Kiba, le resserrant délicatement autour de lui. Un baiser qui dura, qu'il approfondit, mais baiser qui se termina trop vite. Comme s'il pensait que le temps et l'envie de respirer pourrait s'arrêter xD Il regarda Kiba, lui adressant un fin sourire.

- Tu ne seras jamais un souvenir pour moi, Kiba... Il nous reste sept années à vivre...

Il resserra ses mains dans le creux des reins de Kiba, le pressant contre lui, alors qu'il glissait sa tête dans le creux de son cou. Ses paroles étaient-elles assez explicite ? Il vivrait autant de temps que vivra Kiba. Il disparaîtrait également en même temps que Kiba. Il ferait tout en fonction de lui. Plus la peine de se tracasser. Pardon Nana, mais je ne peux pas vivre sans lui. Nana... Tu seras toujours celui sur qui je prendrais exemple, pour qui je voue un culte très grand.. Mais je n'abandonnerais pas Kiba, ni toi. Je ne choisirais pas. Et je mourrais quand l'heure viendra pour Kiba de mourir aussi. Pardon.

- Je veux garder ton corps toujours près de moi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiba Ito

avatar

Masculin Nombre de messages : 182
Age : 28
Date d'inscription : 03/05/2008

Feuille de personnage
• Relations:
Orientation Sexuelle: Homosexuel

MessageSujet: Re: Kiba... Où es-tu ?   Lun 23 Juin - 0:46

Torturer Masaki, hein ? C’était quelque part le but de Kiba. Le torturer pour qu’il le désir, chaque fois un peu plus, pour qu’il comprenne que le blondinet veut qu’ils s’unissent. Ce serait bien plus facile, si il était moins timide, il le lui aurait dit, ou l’aurait mieux fait comprendre. Mais il n’arrive pas à se débarrasser de sa timidité, donc il fait comme il peut. Et donner envie à son amour est la chose la plus simple qu’il a trouvée. Bien que tout en restant assez innocent, c’est tout de même parfois difficile. Enfin, il semble plutôt bien s’en sortir, non ?
Si ce baiser avait pu durer plus longtemps, ça n’aurait pas déplut au jeune bassiste. Loin de là. Il y avait mit tous les sentiments qu’il pouvait éprouver face à Masaki. Tout l’amour qu’il lui porte, la tristesse de devoir le quitter trop tôt, ainsi que tout ce qu’on peut trouver entre les deux. Dont cette envie de ne faire plus qu’un avec lui. Comprend le, Masaki. Comprend le s’il te plaît. Je n’arriverai pas à te le dire, ou à te le montrer plus.

Jamais un souvenir ? Nous ? Non, Masaki, surtout ne part pas avec Kiba. Il t’en voudra, vraiment. Il veut te voir heureux, toujours. Même si c’est avec une autre personne que lui, il ne veut pas voir son amour triste, et il ne veut pas qu’il gâche sa vie. Et le voilà qui se met à frapper doucement sur le torse de Masaki avec ses petits poings. Kiba ou comment ressembler à un enfant. Il voudrait presque mettre une baffe au brun pour le raisonner. Il doit vivre, lui n’est pas forcé de mourir. Même si tu n’as pas mon corps près de toi, je serais toujours là, je serais dans ton cœur et je t’observerai d’où je serrais. Ne fait pas l’idiot, s’il te plait. Vis encore, pour moi.


« Baka ! Tu dois pas mourir, toi ! »

Dit comme ça, on pourrait croire que le blondinet n’a pas comprit ce que Masaki voulait lui faire comprendre. Mais il s’en fiche. Et puis, il n’a pas envie de discuter encore sur ce sujet. Il veut vivre pleinement les quelques années qu’il lui reste. Et il veut les vivre avec Masaki, et avec personne d’autre. Ses deux petits poings se desserrèrent et il releva son visage vers son amour pour lui offrir un léger sourire. Puis il posa sa tête contre le torse du brun, ses doigts fins passant doucement sous le haut de celui-ci pour caresser son ventre. L’effleurant juste, mais assez pour sentir la chaleur et la douceur de sa peau. Mais il ne continua pas longtemps, reprenant la main de Masaki dans la sienne. Il vint déposer un court baiser sur les lèvres de ce dernier, les lui mordillant doucement au passage. Je te le montre du mieux que je peux, Masaki. Comprend que je te veux, s’il te plait.

« On rentre ? »

Un fin sourire, doux, aux lèvres, Kiba tirait légèrement sur le bras de son amour pour qu’il avance. Il avait hâte de retourner à leur appartement. Bien au chaud, tous les deux. Enfin ils étaient à nouveau ensemble. Le blondinet avait eu l’impression de passer une éternité seul, dans cet appartement bien trop grand quand Masaki n’est pas avec lui. La douce chaleur d’avant allait revenir, alors que Kiba reprenait vie peu à peu avec le brun à ses côtés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://trognon-acide.skyblog.com
Masaki Ogawa

avatar

Nombre de messages : 39
Date d'inscription : 07/05/2008

Feuille de personnage
• Relations:
Orientation Sexuelle: Homosexuel

MessageSujet: Re: Kiba... Où es-tu ?   Lun 23 Juin - 1:17

Masaki serrait le corps du blond contre lui, assez mais au final, il sentit des petits choc sur son torse et en relevant la tête, il pu comprendre qu'il s'agissait de Kiba qui le frappait doucement. Hein ? Mais ce que je dis est vrai, peu m'importe comment tu réagis. Ne soit pas égoïste, et pense à moi... Pense plutôt à mon bonheur et le mien sera de toujours être à tes cotés. Il ferma les yeux, alors qu'il embrassait une nouvelle fois le jeune blond, frémissant violemment en sentant ses doigts fins sur sa peau. J'ai peur de pas comprendre, mais j'ai tellement envie... Pas simplement de sexe, juste de te prouver à quel point je tiens à toi... J'ai envie de pouvoir être doux, te montrer combien je le suis... Et le contact disparut, pas totalement puisque Kiba le prenait par la main. Oui, rentrons. Il lui adressa un fin sourire, alors qu'ils marchaient, de nouveau, l'un à coté de l'autre, toujours plus complice.

Le bâtiment se dressait devant eux, et ils y furent très vite rentré. Masaki jeta les clés sur le meuble, à coté de l'entrée, son habituel tic reprenant, et se laissa tomber sur la chaise de la cuisine qu'il avait poussé de son pied. Ah, ça fait du bien d'être assis. Il regarda un instant Kiba, puis se releva presque aussitôt, fuyant son regard. « Tu es trop sexy Kiba TwT Et tu me fais perdre la tête, il faut que je fuis avant de sauter dessus, hein ?

- Je reviens. J'ai du sable partout, je vais me mettre à mon aise, et prendre une douche, le voyage a été long.

Un sourire et il déguerpit vers la salle de bain. Il ne mit pas longtemps à se déshabiller et glisser sous la douche, l'eau brûlante glissant sur sa peau et le faisant frémir d'aise. Ah, ça faisait du bien, en effet. Une petite heure plus tard, il sortit, entourant sa taille d'une serviette, puis s'approcha du miroir, pour se regarder. Les cheveux ébouriffé, il attrapa une brosse pour se les lisser, puis il sortit, après avoir, cette fois, glisser son peignoire sur ses épaules. Il regagna le salon, d'où il avait entendu la télé. Tu te rappelles ? C'est ici que j'ai sû que tu te faisais du mal... C'est ici que je m'en suis fait aussi, pour te prouver que ce n'était pas bien. A cette pensée, le regard de Masaki glissa sur le corps de Kiba, comme tentant de vérifier qu'aucune nouvelle blessure soit apparut, même s'il était persuadé que si, il ne voyait rien pour l'instant. Il s'installa au coté du blond, venant poser un de ces bras autour de ses épaules, et l'attirer à lui, posant sa tête contre la sienne.

- Tu aurais pu me rejoindre ^w^

En toute innocence, j'aime te faire rougir, Kiba.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiba Ito

avatar

Masculin Nombre de messages : 182
Age : 28
Date d'inscription : 03/05/2008

Feuille de personnage
• Relations:
Orientation Sexuelle: Homosexuel

MessageSujet: Re: Kiba... Où es-tu ?   Mar 24 Juin - 0:42

Les deux jeunes hommes eurent vite fait d’arriver à leur appartement. La chaleur de celui-ci ne faisait pas de mal, le vent commençait à être plutôt frais à l’extérieur. Kiba qui peut vivre encore sept ans ne les passera pas si il attrape un mauvais virus, ce serait tout de même embêtant. Et surtout pour la vie de Masaki, en fait. Le blondinet ne veut pas que son amour meure pour lui, il s’en sentirait trop coupable. Enfin, ne pensons pas à de telles choses, n’est-ce pas. Le jeune bassiste fut un peu perturbé par le regard fuyant de Masaki. Qu’ai-je fais ? Pourquoi tu ne me regardes pas ? Pourquoi tu sembles vouloir m’échapper en partant prendre ta douche ?

Avant que Masaki ne soit partit, Kiba lui attrape doucement son haut pour l’attirer afin de lui voler un court baiser. Quand même. Puis, une fois son amour dans la salle de bain, il part poser sa basse dans sa chambre. Cette chambre dans laquelle il avait dormit pour la première fois avec son amour. Amour dont il n’avait pas encore conscience, ou qui ne c’était pas encore déclaré. Cette chambre dans laquelle il n’avait plus dormit depuis que Masaki l’avait laissé seul. Non, il avait préféré aller dans la chambre de son amour pour dormir avec son odeur et avec tout ce qui pouvait lui rappeler ce dernier. Enfin, après un petit temps d’arrêt, le blondinet retourna à la cuisine pour se laver les mains et se débarrasser du sable qui s’y était collé. Et il retourna à sa chambre.

Cette fois, quand il en sortir, il était vêtu de sous-vêtement propre et d’un long t-shirt lui descendant un peu au-dessus des genoux. Il irait se démaquiller quand Masaki serait revenu. En attendant, il se prépara un thé bien chaud, ainsi qu’un pour son amour. Il déposa les deux tasses dans le salon et s’installa dans le canapé, devant la télé. A cette heure, il n’y avait plus grand-chose. Par chance il trouva une chaîne qui diffusait de la musique plutôt bonne, il resta donc sur celle-ci. Le blondinet avait malheureusement continué à se blesser, mais parce qu’il n’arrivait pas encore totalement à arrêter. Mais on pouvait voir une nette amélioration, il n’y avait que peu de nouvelles cicatrices et les anciennes disparaissaient peu à peu. Mais maintenant que son amour est enfin de retour, ce sera certainement plus simple d’arrêter définitivement. Aide moi Masaki, empêche moi de continuer.

Alors qu’il relève la tête, Kiba peut voir que son amour est déjà installé à ses côtés. Ca fait tellement de bien, de te retrouver. Doucement, il se sentit attiré vers Masaki, leurs têtes se collant l’une à l’autre. Le blondinet jouait du bout des doigts avec le peignoir de Masaki, jusqu’à ce que ce dernier lui dise qu’il aurait pu le rejoindre, sous la douche. Et voilà que le jeune bassiste se met à rougir, c’était prévisible. Il baissa les yeux, tout gêné, puis se pencha pour attraper l’une des deux tasses posées sur la table basse. Il s’empressa de la donner à Masaki avant de se redresser, un sourire timide aux lèvres, tout en prenant la parole d’une voix assez mal assurée.


« Tiens, bois pendant que c’est chaud ! Je vais me démaquiller moi ! »

Ni une, ni deux, Kiba partit dans la salle de bain. Ok, il avait voulu tenter Masaki pour lui faire comprendre qu’il voulait enfin lui prouver son amour, mais il n’avait pu s’empêcher de rougir assez violemment à cette remarque. Pourtant, avant il aurait été tout à fait capable de faire une telle chose, mais avec son nouvel amour il réapprenait doucement à vivre, il faut lui laisser le temps. Se calmant petit à petit, il se démaquille et retire ses lentilles. Il se passe un peu d’eau sur le visage et se sèche avant de retourner dans le salon. Ses joues encore légèrement roses. Comme si de rien était, il se recolla au brun, attrapant sa tasse de thé. Il n’osait même plus parler maintenant. Les paroles de Masaki l’avaient décidément gêné, et bien. Son corps ne c’étant pas remit totalement de la fraîcheur extérieure, il ne mit pas très longtemps à boire sa boisson. Une fois ce fait et la tasse reposée sur la petite table, Kiba s’allongea dans le canapé, posant sa tête sur les jambes du brun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://trognon-acide.skyblog.com
Masaki Ogawa

avatar

Nombre de messages : 39
Date d'inscription : 07/05/2008

Feuille de personnage
• Relations:
Orientation Sexuelle: Homosexuel

MessageSujet: Re: Kiba... Où es-tu ?   Mar 24 Juin - 1:38

Masaki, quand il était revenu, avait pu apercevoir les deux tasses, mais au lieu de se servir, il attendait tout de même que Kiba lui fasse part de ses bonnes intentions et ce fut chose faîtes, juste après qu'il lui ai dit ces paroles qui avait fait instantanément rougir le blond. Un sourire apparut sur les lèvres de Masaki, qui dût se les mordre pour ne pas rire, mais quand Kiba donna pour excuse, son maquillage, Masaki ne put s'empêcher de rire, en le regardant partir. Pas bien Masaki, on ne doit pas se moquer xD Mais c'était plus fort que lui. Et au fur et à mesure, il se calma, trempant ses lèvres, de temps à autre, dans le thé qui se trouvait être brûlant mais plaisant quand on vient d'avoir froid. Il se laissa aller dans le fond du canapé, s'asseyant mollement, alors que son regard se perdait sur l'écran de la télé allumé, sans pour autant vraiment la regarder. Il pensait à tout et à n'importe quoi. A ce soir, qu'il venait de vivre, aux jours suivant, qui allaient suivre. Bref, tout pour que Masaki devienne nostalgique. Sept ans, voilà que ça lui revenait en tête. Sept ans à vivre, pour lui comme pour Kiba. Pour Kiba comme pour lui. De toute façon, quand Kiba disparaîtra, même si Masaki reste en vie, il sera mort de l'intérieur, et ne pourra plus servir qu'à traîner, errer, manger, boire et dormir. En fin de compte, il ne vivrait plus vraiment, alors mourir pour mourir autant mourir dignement et partir avec son amour loin des soucis de la vie. Et je n'ose même pas imaginer sa conscience après la mort de Kiba. Non, son choix était fait, il disparaîtrait en même temps que lui. Point.

Masaki secoua négativement la tête, chassant tout ceci de ses pensées, alors que des pas se faisait entendre. Kiba. Il sentit le corps du blond se loger contre lui, et il passa un bras autour de ses épaules, bras qui se referma dans le vide, car déjà, Kiba venait s'allonger sur ses genoux. Son geste ne fut pas perdu pour autant, car la main de Masaki vint glisser dans les cheveux du blond. Kiba, tu es si attachant. En baissant son regard pour apercevoir de nouveau son visage, Masaki dut se mordre la lèvre pour ne pas rire de nouveau. Tu es si mignon quand tu rougis. Il lui caressa alors la joue et lui dit, d'une voix douce.

- Je plaisantais, Kiba. S'il y a une personne qui doit rejoindre l'autre à la douche, c'est moi.

Et un nouveau ricanement alors qu'il buvait une autre gorgée de sa tasse, la tenant légèrement en hauteur pour ne pas craindre de brûler le blond avec la porcelaine. Déjà que la poignée de la tasse était chaude TwT
Ses longs doigts fins glissaient le long de ses cheveux, alors que son regard observait chaque détails du visage du nippon. Ses yeux, son nez, ses lèvres. Il avait tout pour plaire, et la preuve, il lui plaisait.
Arrête de penser à Kiba, Masaki, tu vas finir par baver et lâcher ta tasse, et tu risques réellement de le brûler. Se reprenant, il redressa la tête, posant ses lèvres sur la tasse, le liquide vint trop rapidement sur sa lèvre et il se retira, en grimaçant.

- C'est chaud !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiba Ito

avatar

Masculin Nombre de messages : 182
Age : 28
Date d'inscription : 03/05/2008

Feuille de personnage
• Relations:
Orientation Sexuelle: Homosexuel

MessageSujet: Re: Kiba... Où es-tu ?   Mar 24 Juin - 2:05

Kiba fut légèrement vexé que Masaki ait rigolé, mais en même temps, profiter du fait qu’il doive se démaquiller pour ne par montrer son changement de teint, ça devait être marrant. Quand ce n’est pas vous qui avez subitement les joues rouges, évidement. Au bout d’un petit moment, le blondinet revint, ayant presque reprit son teint habituel. En même temps, vu à quel point sa peau est blanche, ce n’est pas très étonnant qu’elle rougisse facilement. Certainement que ça se verrait moins si il prenait quelques couleurs. Enfin, il s’installa donc dans le canapé, la tête posée sur les jambes de son amour. Mais aux nouvelles paroles de ce dernier, il se contenta de détourner son regard. Il n’avait pas envie que le brun rigole une nouvelle fois. Tu t’amuses bien, hein. Mais tu ne perds rien pour attendre. Je n’ai pas encore finit de te torturer. Jusqu’à ce que tu comprennes, je continuerai.

Le jeune bassiste avait fermé les yeux, profitant du doux contact de la main de Masaki dans ses cheveux. Il avait d’ailleurs toujours apprécié ce geste, allez savoir pourquoi. Tout était calme, reposant, c’était tout juste si Kiba faisait encore attention à la télé. Au son, du moins. Tout ce qui l’importait, c’était son amour. Il l’avait à nouveau près de lui, il ne le laisserait pas partir comme ça. Un petit rire aux nouvelles paroles du brun. Le blondinet se redressa, venant poser un doux baiser sur les lèvres de Masaki. Un bisou magique, hein. Un petit sourire enfantin arquait ses lèvres alors que ses doigts s’entortillaient dans les longs cheveux bruns de son amour, venant parfois effleurer le cou de celui-ci. Je te l’ai dis, ta torture n’est pas finie. Mais je sais que tu aimes, j’en suis sûr.

Après un instant, Kiba passa ses bras autour du cou de Masaki, venant y enfouir sa tête. Et ça recommençait. De doux baisers innocents, mais pourtant pleins d’envie. Je veux te montrer combien je t’aime, je veux qu’enfin on ne fasse plus qu’un. Lentement, les baisers remontent vers la mâchoire du brun, puis au lobe de l’oreille que le jeune bassiste mordilla. Une petite teinte rosée ne le quittait pas. Il était décidément trop timide. Et pourtant, tant bien que mal, il montrait du mieux qu’il le pouvait à son amour, combien il le voulait. Masaki. Sens mon désir, je te veux. Et je veux t’appartenir entièrement. Je t’aime de tout mon cœur, toute mon âme et tout mon corps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://trognon-acide.skyblog.com
Masaki Ogawa

avatar

Nombre de messages : 39
Date d'inscription : 07/05/2008

Feuille de personnage
• Relations:
Orientation Sexuelle: Homosexuel

MessageSujet: Re: Kiba... Où es-tu ?   Mar 24 Juin - 2:17

Masaki ne se moquait pas, il le taquinait, nuance. Et si Kiba était vexé, Masaki ferait tout pour se faire pardonner. Il sourit, légèrement, alors qu'il caressait ses cheveux, observant chaque réaction de Kiba. Quand il rencontrait un noeud, il le lui défaisait, habilement, sans lui faire mal. Après tout, avec ses grands cheveux, lui, il en avait pris l'habitude. Il se brûla, et Kiba eut pour meilleure remède, un baiser, qui calma bien vite son mal. Il sourit, glissant sa main sur sa nuque. Embrasse-moi encore, tes lèvres m'ont trop manqué. Mais alors qu'il l'attirait pour l'embrasser, Kiba s'insinuait dans son cou. Aussitôt, Masaki resserra ses doigts sur sa tasse, alors que son autre main libre s'accrochait à l'accoudoir du canapé. Il allait devenir fou. Dingue TwT Et on dit merci Kiba.
La tasse lui échappa des mains, dans un bruit sourd, même pas cassé ! Mais le parquet allait être tâché xD On s'en fout. Il s'en fichait aussi de sa tasse, il n'y avait même pas pensée, le bruit ne l'avait même pas alerté. Ses mains glissèrent dans le dos de Kiba, s'infiltrant sous son haut pour caresser son dos, du bout des doigts, venant le serrer délicatement contre lui.

- Kiba-San... Je...

Je ne veux pas te forcer, je ne sais pas si tu as envie, j'ai envie. Raaah, comment lui dire que, à l'instant même, il ne savait plus comment réagir ? Comment lui dire, qu'à l'instant même, des milliers de papillons torturait le bas de son ventre ? Il inclina légèrement la tête, fermant les yeux, ses lèvres s'entrouvrant pour laisser échapper un doux soupirs. « Raah, Kiba, arrête... Tu vas... » trop tard. Même sa conscience n'était pas assez rapide pour avertir le blond. Masaki venait de renverser le blond sur le canapé, avec douceur quand même, se plaçant au dessus de lui, sans l'écraser alors, qu'à son tour, il s'attaquait à son cou. « Moi aussi je veux te torturer. » Masaki ne savait pas s'il avait envie. Il pensait que oui, vu comme Kiba réagissait, mais il voulait en être sûr, alors il continuerait de le torturer, jusqu'à ce qu'il sache vraiment qu'il était prêt.
Une de ces mains était sur le canapé, se retenant surélevé, alors que l'autre était partit sur son ventre nu, glissant sur son torse pour, finalement, jouer avec un de ses tétons. Généralement, chez les hommes, c'était une partie très sensible, encore plus que chez les femmes, allez savoir comment et pourquoi. Mais en tout les cas, il le torturerait, juste pour l'entendre soupirer, et gémir qui sait ? Comme sur la plage. Comme tout à l'heure... Et même si Kiba seulement prenait son plaisir, alors tant mieux. S'ils prenaient leur plaisir à deux, encore mieux. Dans tout les cas, Masaki ne souhaitait que prendre soin de Kiba, et non pas prendre soin de lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Kiba... Où es-tu ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Kiba... Où es-tu ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Galerie de Kiba
» FAN-CLUB Kiba Inuzuka Et Akamaru
» COLLECTION DE KIBA
» Les figurines 200x en général (par Kiba)
» Kiba

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kinosei Art :: « Tokyo » :: La Plage-
Sauter vers: